«Amour chien fou»: l’«utopie passéiste» d’Arthur H

Sur ce 10e album studio d’Arthur H, l’homme nous fait bifurquer, pivoter, travailler, nous déstabilise de chanson en chanson, et souvent même à l’intérieur de chacune d’entre elles.
Photo: Annik MH de Carufel Le Devoir Sur ce 10e album studio d’Arthur H, l’homme nous fait bifurquer, pivoter, travailler, nous déstabilise de chanson en chanson, et souvent même à l’intérieur de chacune d’entre elles.

Si la vie est un long fleuve tranquille, le dernier disque du vétéran chanteur français Arthur H, lui, relève de l’aventure. Tissé de 18 chansons personnelles et sinueuses séparées en deux disques, Amour chien fou est une « utopie passéiste », dit le pianiste, parce qu’à l’ère du single et de la playlist, cet album est « un voyage ».

Voyage, le mot est bien choisi. Sur ce 10e album studio d’Arthur H, l’homme nous fait bifurquer, pivoter, travailler, nous déstabilise de chanson en chanson, et souvent même à l’intérieur de chacune d’entre elles. On est en transit, bagages en main.

Amour chien fou, une utopie d’une autre époque ? C’est ce que lance le fils Higelin. « Un disque, c’est encore une histoire, c’est encore un voyage, c’est encore un film, et c’est pas juste une collection de chansons disparates qu’on va littéralement exploser sur Internet, croit-il. Et c’est pas juste un prétexte à faire des playlists, mais c’est aussi tout simplement un voyage dans les sons, dans les mots. »

Le parcours musical a deux escales majeures, aux accents différents. Le premier disque, Amour, est lent, tranquille, « qu’on peut écouter si on a envie d’avoir une atmosphère un peu mystérieuse, un peu chaude », dit Arthur H. Et Chien fou s’en va à l’opposé, dans les rythmes plus rapides, davantage fait pour bouger, fait pour « danser avec son chien, avec ses enfants, son homme, sa femme, avec soi-même ! » rigole l’homme à la voix enrouée au bout du fil. Il précise quand même que ces deux disques sont un peu comme le yin et le yang, « il y a un point noir dans le blanc, et un point blanc dans le noir ».

Hors cadre

De ces 18 titres, certains durent 3 minutes, d’autres comptent 7, 8, voire 9 minutes, dont certains à pentures. Arthur H explique avoir toujours voulu des chansons hors format, hors cadre. « Et c’est vrai que je me suis fait plaisir quand même, je plaide coupable ! Mais c’est nécessaire aujourd’hui, on ne peut pas nier que l’on vit dans une société qui est de plus en plus formatée, étroite. Tout est compressé, tout est serré. Du coup, moi, j’ai envie d’injecter dans la musique de vraies doses de liberté, pas par obligation, juste pour le plaisir de respirer en fait. »

Amour chien fou, ajoute le musicien, n’est pas basé sur la peur, mais sur la confiance. Celle d’essayer, d’explorer, d’être ce qu’on veut être. On peut penser au titre Il/Elle« Sois toi-même / Être unique / Homme et femme / Elle est beau / Il est belle » — ou à Super héros de l’instant zéro.

« J’ai l’impression que beaucoup de gens se sentent obligés de se limiter pour correspondre à ce qu’ils croient qu’on attend d’eux. Et ça, ce n’est pas un message de ce disque, pas du tout. C’est vraiment le contraire. »

Écoutez Moonlove Fantasie d'Arthur H
 


 

Le vrai voyage

Au-delà du concept du voyage, on entend concrètement sur quelques-unes de ces nouvelles chansons des sonorités venues d’ailleurs. Arthur H et sa compagne et collaboratrice Léonore Mercier ont trotté dans les mois précédant l’enregistrement.

« Il se trouve que par une succession de hasards heureux, on s’est retrouvé à pouvoir aller au Mexique et à Bali, et pour avoir un billet vraiment pas cher, on était “obligés” de faire une troisième escale pour avoir accès à un round trip. Et du coup, on a été condamnés à s’arrêter à Tokyo ! » rigole Arthur H.

Si le duo a enregistré un clip au Japon, il a aussi capté des musiques et des sons au Mexique — Carnaval chaotique pige dans l’enregistrement qu’il a fait d’une fanfare mexicaine — et à Bali.

« Là-bas, on a écumé toutes les cérémonies possibles et imaginables qu’on a eu le privilège de voir. Avec ça on a fait un morceau, Le passage, qui n’est composé que de gongs de Bali, et qui est évidemment très méditatif, spirituel, mystique. »

Tournée poétique

Avec ces nouvelles chansons en poche, Arthur H commencera une tournée en février, qui le fera d’abord quadriller la France. Si pour son dernier disque les spectacles étaient en formule « groupe rock », le chanteur a envie d’une autre énergie pour Amour chien fou.

D’une part, il ne veut pas d’une présence frontale, hiérarchique, et veut être en interactivité à la fois avec les deux musiciens qui l’accompagneront, mais aussi avec la foule.

« Et j’ai envie de la poésie low-tech de mes débuts, de quelque chose de l’ordre du spectacle poétique, bordélique, chaotique, avec une façon de mettre en scène la musique. [Les spectacles rock], je l’ai fait, j’ai adoré ça, ça m’a libéré, mais maintenant j’ai envie de retrouver mon ADN théâtral et poétique. » On parie que ce sera… tout un voyage.

Deux chansons expliquées

Sous les étoiles de Montréal
« Musique hypnotique et le thé trop chaud / Princesse mexicaine au sourire de Mona Lisa / Je te respire et tu m’inspires / Sous les étoiles chez Lhasa. »

Arthur H et Lhasa de Sela se sont connus à Montréal il y a plusieurs années, et le Français raconte quelques souvenirs et émotions dans cette chanson. « Il y a des chansons qui littéralement apparaissent devant vous. Et là, ç’a été le cas. Je me suis mis au piano, et j’ai vu apparaître devant moi Montréal la nuit, l’ancien appartement de Lhasa dans le Mile-End, une nuit d’hiver… Toutes les images sont venues tranquillement les unes derrière les autres. Ce n’est pas une chanson que j’ai choisie, mais c’est une chanson qui m’a choisi. »

La boxeuse amoureuse
« Boum boum les uppercuts / Percutent son visage / Mais jamais elle ne cesse / De danser de danser. »

Arthur H se révèle ici épatant avec une voix haut perchée très émouvante. D’où lui vient cette chanson ? Un long silence précède sa réponse. La mélodie le hantait depuis quelques années, et sa compagne a incité le musicien à en faire une chanson.

« Et elle m’a dit : pourquoi tu n’écris pas une chanson sur ta mère ? Je me suis mis au piano, j’ai pensé à ma mère. Et… héhé, ma mère n’a jamais fait de match de boxe pour de vrai, mais comme beaucoup de femmes, c’est une vraie boxeuse amoureuse. […] Les coups, ils ont beau être émotionnels, symboliques, ils n’en sont pas moins réels, c’est des coups au coeur, des coups à l’âme. […] Mais il y a cette capacité merveilleuse de résilience, de se relever, et finalement de retrouver une forme d’innocence, malgré ce qu’on a vécu. »

Amour chien fou

Arthur H, Mystic Rumba/Believe. En magasin le 26 janvier.