Les ventes de disques ont chuté de 15% au Québec en 2017

Au total, il s’est vendu l’équivalent de 5,75 millions d’albums en 2017, soit un million de moins que l'année précédente. 
Photo: iStock Au total, il s’est vendu l’équivalent de 5,75 millions d’albums en 2017, soit un million de moins que l'année précédente. 

Les ventes globales de musique ont chuté de 14,9 % au Québec en 2017, selon la plus récente mise à jour de l’Institut de la statistique du Québec (ISQ). La baisse est importante, mais se révèle moins forte que lors de 2016 alors que les ventes avaient périclité de 25 %.

Les chiffres bruts publiés par l’ISQ à partir des compilations de la firme Nielsen SoundScan sont tous à la baisse, peu importe le format vendu. « C’est toujours la poursuite de la tendance à la baisse, qu’on parle de CD, d’albums numériques ou de pistes numériques », résume au Devoir Claude Fortier, chargé de projet à l’ISQ.

Les ventes d’albums sur support physique — qui incluent les disques compacts, les vinyles et les cassettes — ont connu une baisse de 12,8 % entre 2017 et 2016.

« On n’a pas de preuves ou de chiffres là-dessus, mais on peut faire l’hypothèse que les gens vont encore plus vers le streaming, vers les services de musique en continu, dit Claude Fortier. Ça se développe, surtout [quand on voit] la baisse des pistes numériques qui étaient la solution de rechange à l’époque. Mais les gens se tournent vers autre chose. »

Les ventes d’albums numériques, justement, ont connu une baisse de 20,5 % en 2017. Quant aux pistes individuelles téléchargées, elles ont trouvé 15,5 % moins de preneurs.

Au total, donc, il s’est vendu l’équivalent de 5,75 millions d’albums en 2017, soit un million de moins qu’en 2016. Il y a cinq ans, ce chiffre était presque deux fois plus élevé, avec quelque 10,3 millions d’albums vendus.

En 2016, les statistiques avaient montré un important « décrochage » des ventes. Le nombre d’exemplaires écoulés avait dévalé de près de 25 % par rapport à 2015.

Par ailleurs, l’ISQ recense également le nombre d’enregistrements vidéo vendus, soit les DVD de musique. En 2017, 30 % moins de Québécois ont été acheteurs de ce type de produit l’année dernière.

Au Canada

Les chiffres canadiens dévoilés récemment par la firme Nielsen reflètent les mêmes tendances. Dans l’ensemble du pays, les ventes physiques ont chuté de 14,1 % entre 2016 et 2017. La baisse pour les pistes numériques, elle, frôle les 19 %.

Contrairement aux chiffres de l’ISQ, le rapport canadien de Nielsen fait ressortir les ventes de vinyles. Ces dernières ont augmenté de 21,8 % en 2017, passant de 660 000 33 tours vendus en 2016 à 804 000 l’année dernière. À titre comparatif, il s’est vendu l’équivalent de 23,4 millions d’albums au Canada en 2017.

Notons que les statistiques d’écoute de musique sur demande ont explosé, affichant une hausse au pays de près de 71 %.