Charles Dutoit quitte le Royal Philharmonic de Londres plus tôt que prévu

Le Royal Philharmonic Orchestra a précisé dans son communiqué qu’il entretient des relations avec plusieurs chefs d’orchestre invités, qui prendront le relais des projets de Charles Dutoit.
Photo: Annik MH de Carufel Le Devoir Le Royal Philharmonic Orchestra a précisé dans son communiqué qu’il entretient des relations avec plusieurs chefs d’orchestre invités, qui prendront le relais des projets de Charles Dutoit.

Charles Dutoit se retire plus tôt que prévu de ses fonctions de directeur artistique et chef d’orchestre principal du Royal Philharmonic Orchestra de Londres (RPO).

La décision a été prise « à la suite d’une rencontre d’urgence avec le conseil d’administration et d’un dialogue plus approfondi avec Charles Dutoit », indique un communiqué transmis mercredi matin, qui précise qu’il s’agit d’une décision commune.

Le maestro a été visé le mois dernier par une série d’allégations d’inconduites sexuelles. Charles Dutoit a dit qu’il rejetait en bloc les allégations, qui n’ont pas été prouvées en cour.

« La décision a été prise dans la foulée d’allégations d’inconduites par M. Dutoit, qui ont été rapportées une première fois le 21 décembre 2017. Bien que M. Dutoit continue de chercher un conseiller juridique pour se défendre, l’incertitude prolongée et l’attention médiatique font en sorte que la position de M. Dutoit auprès de l’orchestre est devenue intenable », écrit l’orchestre.

« Grande affection »

De son côté, Charles Dutoit a déclaré qu’il garderait toujours pour les musiciens de l’orchestre « la plus grande affection et une énorme admiration pour leur professionnalisme ».

« Le Royal Philharmonic Orchestra a toujours été un de mes ensembles favoris. C’est avec eux que j’ai fait mon début au Festival Hall de Londres en 1966, il y a 52 ans, et depuis, plusieurs centaines de concerts dans une trentaine de pays », a-t-il noté dans une déclaration transmise à La Presse canadienne mercredi.

« La vie d’un orchestre londonien est extrêmement fragile. Sa survie dépend essentiellement de subventions officielles et de la générosité du secteur privé », a-t-il souligné.

« Au printemps 2017, j’ai annoncé mon départ pour la fin de la saison 2018-2019 [j’aurai alors 83 ans] de manière à ce que l’orchestre ait le temps de trouver un successeur. Dans le climat actuel, nous avons décidé d’un commun accord qu’il était préférable d’anticiper mon départ afin que l’orchestre puisse continuer son travail et sa carrière dans la sérénité. » Son départ est entré en vigueur immédiatement.

Respect

Le Royal Philharmonic Orchestra a précisé dans son communiqué qu’il s’engageait à respecter « les plus hautes normes de conduite éthique » et qu’il prend « très au sérieux ses responsabilités de maintenir un environnement de travail sécuritaire pour tous ses artistes, ses musiciens et son personnel ».

Il ajoute qu’il entretient des relations avec plusieurs chefs d’orchestre invités, qui prendront le relais des projets de Charles Dutoit avec l’orchestre à Londres, ailleurs au Royaume-Uni et à l’international.

En décembre dernier, trois chanteuses d’opéra et une musicienne ont allégué que l’ancien directeur musical de l’Orchestre symphonique de Montréal (OSM) Charles Dutoit les avait agressées sexuellement, de 1985 à 2010.

Plusieurs orchestres ont mis fin à leur collaboration avec le maestro depuis ces révélations.

Je crois que dans le climat actuel, les accusations des médias quant à des agressions physiques graves n’aident pas à ce que la société s’attaque à ces problèmes si les allégations sont en fait fausses

Enquête

Quelques jours plus tard, l’OSM a annoncé la tenue d’une enquête après qu’il eut reçu une plainte de harcèlement sexuel à l’endroit de celui qui a été son directeur artistique de 1977 à 2002.

Dans une déclaration, Charles Dutoit s’est dit choqué par les allégations.

Il a ainsi déclaré « ne pas reconnaître l’homme ou les actions décrits dans les médias », ajoutant que « bien que les contacts physiques informels soient communs dans le domaine artistique, les accusations sérieuses impliquant de la coercition et des contacts physiques forcés ne sont aucunement fondées ».

Le chef d’orchestre a ajouté qu’il prévoyait de se défendre.

« Je crois que dans le climat actuel, les accusations des médias quant à des agressions physiques graves n’aident pas à ce que la société s’attaque à ces problèmes si les allégations sont en fait fausses », a-t-il conclu.