Le Noël folk de Sonia Cordeau et Raphaëlle Lalande

La pulsion d’écrire des chansons a surgi alors que les deux amies, Sonia Cordeau (à gauche) et Raphaëlle Lalande, vivaient une rupture amoureuse simultanément.
Photo: Pedro Ruiz Le Devoir La pulsion d’écrire des chansons a surgi alors que les deux amies, Sonia Cordeau (à gauche) et Raphaëlle Lalande, vivaient une rupture amoureuse simultanément.

Raphaëlle Lalande et Sonia Cordeau ont plus d’une corde à leur ukulélé. Cofondatrices de la délicieuse compagnie théâtrale Projet Bocal, les comédiennes ont aussi formé il y a deux ans un duo musical pop-folk, Joli-Bois. Avant même la sortie de leur premier EP, Quand les vents, prévu pour la fin de janvier 2018, elles lancent un spectacle saisonnier, Le joli Noël de Joli-Bois, dans la salle de répétition de La Licorne.

On avait déjà pu savourer le sens musical et les voix harmonieuses des deux tiers féminins du Projet Bocal dans leurs pièces, surtout Oh Lord. Sauf pour des cours de chant suivis au Conservatoire d’art dramatique, elles n’ont pourtant aucune formation musicale. « J’avoue que je n’avais jamais pensé faire ça dans ma vie, dit Sonia Cordeau. Je ne savais pas que j’étais capable de composer des chansons. »

Les deux artistes ont aussi appris à l’oreille à jouer du ukulélé et de la mandoline (en plus de manier certains instruments électroniques rétro, tel l’omnichord). « On est des instinctives dans toutes les sphères artistiques qu’on touche », reprend la membre des Appendices.

Cette pulsion d’écrire des chansons a surgi alors que les deux amies vivaient une rupture amoureuse simultanément. « Ça s’est fait naturellement, raconte Raphaëlle. On a commencé à s’envoyer les chansons qu’on écrivait chacune de notre côté, et à faire des harmonies. »

Mais l’exercice a vite dépassé le caractère thérapeutique pour devenir un véritable projet artistique. Un projet dans lequel le pétillant duo investit coeur, temps, argent (« c’est un passe-temps qui coûte un peu cher », s’esclaffe Sonia), mais sans nourrir de grandes attentes. « Je pense que c’est un [métier] encore plus tough que celui de comédienne. On veut juste une mini-place dans le monde musical. »

Joli-Bois (du nom d’une fleur qui pousse en février, donc « une battante ») embrasse un style pop-folk « assez doux ». Mais vivant. « Je pense qu’on chante des choses tristes, mais d’une manière qui ne l’est pas, précise Sonia Cordeau. On ne se déchire pas l’intérieur, musicalement. » Ce son est celui qui vient naturellement à ces fans de country et de folk, touchées par la simplicité de ces genres musicaux populaires.

En famille

Mais d’abord, elles s’offrent un spectacle de Noël. Une fête qu’elles aiment au premier degré. « C’est comme un grand fantasme qu’on réalise, lance Raphaëlle Lalande. Chaque année, je me cherche des concerts de Noël, mais il n’y en a pas tellement [qui nous intéressent]. Il y a beaucoup de musique classique. Alors, on avait envie de créer le spectacle que nous, on aurait aimé voir. » Dans Le joli Noël de Joli-Bois, le duo mélange des classiques un peu folklorisés (Noël blanc, Winter Wonderland) et des chansons tirées d’un répertoire moins connu à une bonne moitié de compositions originales, écrites pour l’occasion.

Je pense que c’est un [métier] encore plus tough que celui de comédienne. On veut juste une mini-place dans le monde musical.

Comment compose-t-on de nouvelles chansons dans un genre dominé par la tradition ? L’exercice a exigé un peu de réflexion, répondent-elles. Il ne suffisait plus d’exprimer des émotions, mais de se demander sous quel angle elles voulaient aborder Noël. Pour Raphaëlle Lalande, cette saison festive représente l’espoir, une occasion de renouveau. « Avec le changement d’année, on dirait qu’il y a un sentiment qu’à nouveau tout est possible — même si on peut déchanter en février. C’est pourquoi j’aime la musique de Noël. Et bien que je ne sois pas croyante, les chansons religieuses me touchent aussi beaucoup. Elles nous élèvent à un autre niveau. »

Sonia Cordeau, elle, a surtout été inspirée par la nostalgie de son Noël d’enfance. « Je viens d’une famille très serrée et on vit tous [éparpillés] à travers le Québec. Alors quand on se retrouve, c’est très émotif. »

C’est ce sens de la famille, cette atmosphère de retrouvailles que symbolise aujourd’hui Noël que les chanteuses souhaitent recréer sur scène, à travers un show « assez intime et convivial » fait avec des amis. Le duo est en effet accompagné par des invités qui chanteront et leur serviront de band : Stefie Shock, Yves Morin, Myriam Fournier et Simon Lacroix, leur compère du Projet Bocal.

Parlant de la troupe, une bonne nouvelle en cette saison de réjouissances : un quatrième spectacle est déjà prévu pour la saison 2018-2019, toujours à La Petite Licorne. Mais au lieu de l’habituelle création éclatée, le trio montera plutôt une pièce étrangère, d’une « parenté flagrante » avec leur univers insolite… et peut-être en collaboration avec d’autres. Sonia Cordeau et Raphaëlle Lalande se font mystérieuses. Une manière de rester active pour la compagnie, qui avait clos un cycle de « forme courte » avec Le spectacle, il y a un an.

Au théâtre comme en chansons, ces artistes multidisciplinaires n’ont sûrement pas fini de nous surprendre.

Le joli Noël de Joli-Bois

Avec Sonia Cordeau et Raphaëlle Lalande. Invités : Myriam Fournier, Simon Lacroix, Yves Morin et Stefie Shock. Du 14 au 22 décembre, à la salle de répétition de La Licorne.