Le gala de l'ADISQ en direct

L'humoriste et animateur du gala de l'ADISQ, Louis-José Houde
Photo: Capture d'écran L'humoriste et animateur du gala de l'ADISQ, Louis-José Houde

Suivez notre couverture du 39e gala de l'ADISQ présenté ce soir en direct de la salle Wilfrid-Pelletier, à Montréal, en compagnie de notre journaliste Philippe Renaud.

Les lauréats

- Interprète féminine de l'année : Safia Nolin

- Interprète masculin de l'année : Patrice Michaud

- Groupe ou duo de l'année : Les soeurs Boulay

- Album de l'année — Hip-Hop : Les Frères Cueilleurs d'Alaclair Ensemble

- Album de l'année — Adulte contemporain : Encore un soir de Céline Dion

- Album de l'année — Pop : Paloma de Daniel Bélanger

- Auteur-compositeur de l'année : Klô Pelgag pour L'Étoile thoracique

- Spectacle de l'année — Auteur-compositeur-interprète : Paloma de Daniel Bélanger

- Révélation de l'année : Émile Bilodeau

- Félix honorifique : Leonard Cohen

- Spectacle de l'année : Mary Poppins — La comédie musicale (Artistes variés)

- Chanson de l'année : Kamikaze de Patrice Michaud


 




Plusieurs prix distribués, pas de raz-de-marée

 

Le public et l’ADISQ ont choisi de récompenser une variété d’artistes, au gala de dimanche soir, dont Daniel Bélanger, Klô Pelgag, et Alaclair Ensemble.

 

Daniel Bélanger, qui était en tête des nominations, a remporté jusqu’à maintenant deux prix, celui de l’album pop de l’année pour Paloma et celui du spectacle de l’année pour un auteur-compositeur-interprète.

 

Il est aussi en lice dans les catégories interprète masculin de l’année et chanson de l’année.

 

Le Félix de l’auteur ou compositeur de l’année lui a échappé aux mains de Klô Pelgag, qui partait avec une longueur d’avance dimanche soir avec les deux trophées qu’elle avait remportés au premier gala de l’ADISQ plus tôt cette semaine.

 

La jeune auteure-compositrice-interprète s’est réjouie d’être la première femme à gagner ce prix depuis 24 ans — la dernière fois, c’était Francine Raymond en 1993.

 

Klô Pelgag, de son vrai nom Chloé Pelletier-Gagnon, est également en lice pour le prix de l’interprète féminine de l’année.
 

Les deux premiers prix de la soirée ont été remis au groupe hip-hop Alaclair Ensemble et aux Sœurs Boulay, qui ont reçu respectivement les Félix de l’album hip-hop de l’année, pour Les Frères Cueilleurs, et celui du groupe de l’année.

 

Les Sœurs Boulay en ont profité pour passer un message aux politiciens qui étaient présents dans la salle.

 

« Ça nous prend des lois claires », a lancé Stéphanie Boulay, qui exhorte les gouvernements à mieux encadrer les redevances sur les créations pour favoriser les artistes qui perdent des revenus importants aux mains des grandes entreprises, comme Apple.

 

« C’est une injustice que des compagnies s’enrichissent sur le dos des créateurs, alors que les créateurs s’appauvrissent », a-t-elle expliqué en entrevue dans la salle de presse.

 

« La dernière loi qui est passée sur Netflix nous a inquiétées et déçues. C’est le moment d’enfoncer encore le clou dans le trou. Mélanie Joly [la ministre du Patrimoine canadien] elle est là, c’est rare qu’on a la chance de lui en parler », a ajouté Mélanie Boulay.
 

Pour sa part, Céline Dion est repartie avec le prix de l’album adulte contemporain de l’année pour Encore un soir.

 

Louis-José Houde avait ouvert le 39e gala de l’ADISQ avec un ton caustique, se payant la tête des artistes présents dans la salle, et faisant référence aux allégations d’inconduite sexuelle contre l’animateur Éric Salvail.

 

Comme il le fait chaque année, l’humoriste a adapté son numéro d’ouverture à l’actualité ; il a brièvement mentionné l’affaire Éric Salvail, à la surprise du public.

 

« Quoi, ça va lui nuire ? », a-t-il répliqué.

 

Avant l’arrivée de l’humoriste, plusieurs artistes de différents horizons se sont produits sur scène, dont Alaclair Ensemble, Charlotte Cardin et Daniel Bélanger, mariant différents styles de musique, dont le hip-hop et la pop.