Ash, Ibeyi

Il y a des albums si denses qu’on en ressort à bout de souffle. Après Ibeyi (2015), les jumelles franco-cubaines Naomi et Lisa-Kaindé Diaz jettent un intense pavé dans l’incertitude de notre époque : Ash. À la fois manifeste politique et incantation soul, ce deuxième album est celui de leur occupation du monde. Imbibé de fabuleux choeurs, extrêmement plein (inserts de sons et de voix, effets électros, violentes percussions), Ash sort du coeur et du corps avec brutalité. Ibeyi vibre, accompagnée d’excellents musiciens, dont Kamasi Washington au saxophone (Deathless). Anglais, espagnol et yoruba articulent le peu de mots ici jetés, des mots évocateurs et puissants sur la femme, le pouvoir individuel, la transmission. Malgré l’abondance de référents (dont l’audio d’un discours de Michelle Obama et un extrait récité du journal de Frida Kahlo), Ibeyi reste à flot. On cillera sur l’auto-tune de Me Voy tout en cherchant vainement une douceur, mais Ash n’en est pas moins renversant. Au théâtre Corona le 6 novembre.

Écoutez Away Away

Ash

★★★ 1/2
Alt soul

Ibeyi, XL Recordings