Uncommon Good, Busty and the Bass

Pas étonnant que Busty and the Bass ait fait un tabac au Festival international de jazz de Montréal, où on l’a découvert : cet orchestre est taillé sur mesure pour mettre de l’ambiance sur une scène extérieure, ce qu’il a fait l’an dernier à Osheaga, puis récemment au Mile Ex End. Ces neuf musiciens issus des bancs de l’Université McGill développent leur propre alliage de funk, soul, hip-hop (la facette la moins convaincante de leur musique, à cause du texte léger), pop, gospel, avec un soupçon de jazz dans le jeu de piano et les orchestrations de cuivres, et l’attrait en spectacle est irrésistible. Sur disque ? Après une poignée de microalbums, Uncommon Good s’avère riche et attachant, à défaut d’être original : pensez à de gros grooves festifs suivant la recette de Kool and the Gang, auquel Busty a piqué ce son funk coulant aux synthétiseurs caractéristiques. Mais il y a tout de même beaucoup plus : ces orchestrations bondissantes, ces détours par le gospel et le jazz qui donnent du panache à la démarche, et une bonne humeur contagieuse.

Écoutez Common Ground

Uncommon Good

★★★ 1/2
Funk

Busty and the Bass, Indica