Un véritable défilé de vedettes de la musique ancienne

Vincent Dumestre
Photo: Outhere Music Vincent Dumestre

En l’espace de quelques semaines, Montréal accueillera Christina Pluhar, Jordi Savall, Vincent Dumestre et son Poème harmonique, Vox Luminis, les Tallis Scholars et Les Arts florissants !

Le contraste est saisissant : Kent Nagano et Yannick Nézet-Séguin auront beau ouvrir leurs saisons respectives, à la Maison symphonique de Montréal, avec des oeuvres parmi les plus imposantes du répertoire symphonique, respectivement la 8e de Mahler, le 19 septembre, et la 5e de Bruckner, le 7 septembre, notre automne musical sera marqué par la visite de grandes vedettes de la musique ancienne.

Du jamais vu !

Christina Pluhar

Pro Musica a eu l’idée d’élargir son spectre artistique et de faire venir Christina Pluhar et l’Arpeggiata. La papesse du métissage musical donnera deux programmes différents les 3 et 4 octobre à l’église Saint-Pierre-Apôtre. Dans le même créneau, le pionnier Jordi Savall aura cette fois, le 14 novembre, l’honneur de la Maison symphonique pour son programme Les routes de l’esclavage, qu’il proposera aussi au Carnegie Hall de New York.

Hasard malheureux du calendrier, l’une des visites les plus attendues de l’automne, celle des Arts florissants, sous la direction de Paul Agnew à la salle Bourgie, pour un hommage à Monteverdi, aura lieu le 4 octobre, date du second concert de l’Arpeggiata. Par contre, la voie est libre, le 7 novembre, pour apprécier, à la salle Bourgie, un autre géant, Vincent Dumestre et son Poème harmonique dans un programme autour des musiques espagnoles dans la France baroque.

C’est aussi la salle Bourgie qui nous amènera, le 5 décembre, les Tallis Scholars, alors que le courageux Festival Bach (17 novembre-3 décembre) a mis la main sur deux secrets bien gardés, mais au moins aussi valeureux : Vox Luminisde Lionel Meunier (20 novembre) et l’Ensemble Jacques Moderne de Joel Suhubiette (30 novembre).

Une telle concentration de visiteurs internationaux de pointe en deux mois tient du jamais vu, d’autant que les ensembles résidents ne chôment pas : Les Violons du Roy attaquent la saison le 30 septembre avec le tandem Jean-Christophe Spinosi et Marie-Nicole Lemieux à la Maison symphonique,

Les Boréades créent un opéra de Paolo Lorenzani au Monument-National le 23 novembre, Arion invite le violoniste Rodolfo Richter entre le 5 et le 7 octobre, Les Idées heureuses relient Monteverdi et Graupner le 19 septembre et le Studio de musique ancienne se mesure au formidable Te Deum de Campra le 15 octobre !

Gergiev et Matsuev de retour

Du côté des grandes visites, non seulement du trimestre mais de la saison, trois concerts majeurs sont à signaler. En orchestre, Valéry Gergiev et son Orchestre du Mariinski dans Une vie de héros de Strauss, le 11 novembre, et avec Denis Matsuev dans un concerto de Chtchédrine en première partie.
 

Photo: Felix Broede Sony Classical Le pianiste Lucas Debargue

En piano, le 3 décembre, au Ladies’ Morning, le premier récital à Montréal de Martin Helmchen, renversant à Orford il y a deux ans, et, le 11 décembre, présenté par Show One à la Maison symphonique, la révélation du dernier concours Tchaïkovski : l’étonnant et étrange Français Lucas Debargue.

Du côté des grosses pointures, Kent Nagano recevra pour le Concerto pour violon de Brahms Maxim Vengerov, le 17 octobre, avec lequel il ira à Carnegie Hall le lendemain.

La tournée majeure d’un ensemble québécois sera cependant celle du Métropolitain en Europe fin novembre : le programme sera présenté à Montréal par Yannick Nézet-Séguin le 22 novembre. L’OM donnera aussi le 29 septembre son « concert du 375e » : la Symphonie du jeu vidéo de Montréal, oeuvre coordonnée par Maxime Goulet. Cette création tombera le jour de l’ouverture de la saison de la Société de musique contemporaine, dont le héros en 2017-2018 sera José Évangelista.
 

Photo: Pedro Ruiz Le Devoir Kent Nagano

Revenons à l’OSM, puisque désormais chaque invité sera scruté sous le prisme de la succession de Kent Nagano. De ce point de vue, c’est la seconde partie de saison qui sera riche en enseignements. Cela dit, l’automne nous vaudra, entre le 11 et le 14 octobre, le retour de Vasily Petrenko dans un programme français et russe qui lui conviendra parfaitement. Le concert de Noël de l’OSM affichera cette année Antoine Bertrand en narrateur, alors que Yannick Nézet-Séguin dirigera cette année, le 23 décembre, son premier Messie à la Maison symphonique, suscitant un engouement tel qu’une supplémentaire, le 22 à 19 h 30, vient d’être annoncée.

En matière de retour d’artistes attendus ici, on ira en priorité vers I Musici, avec la première venue à la Maison symphonique de Christian Blackshaw. Le pianiste anglais y aura accès aux remarquables pianos qu’il a pu tester lors de son dernier séjour. Il jouera le 24e Concerto de Mozart alors que Jean-Marie Zeitouni dirigera la Symphonie pastorale de Beethoven : un concert pour tous !

Voix et opéras

Les deux opéras proposés par l’Opéra de Montréal cet automne seront Tosca de Puccini, qui prendra l’affiche le 16 septembre, et La Cenerentola de Rossini, dont la première sera le 11 novembre (date du concert Gergiev). Ce ne sont pas les seules offres pour les amateurs d’art lyrique puisque l’Atelier d’opéra de l’Université de Montréal propose Actéon de Charpentier les 22 et 23 novembre et l’Opéra McGill, Ariodante de Haendel du 9 au 11 novembre. Au cinéma, le Met diffusera Norma, La flûte enchantée et Hänsel und Gretel, mais aussi et surtout, le 18 novembre, L’ange exterminateur, le nouvel opéra de Thomas Adès.

Les amateurs de musique vocale ne voudront sans doute pas manquer la venue de Julian Prégadien dans le cadre du Festival Bach (27 et 28 novembre), le récital de Dawn Upshaw à Pro Musica (4 décembre) et celui de Frédéric Antoun, le 10 décembre, pour la Société d’art vocal au Conservatoire.

Partout, Montréal s’anime musicalement : au Conservatoire, avec la soirée française de Pentaèdre illuminant, le 22, un mois de septembre sage ; à la salle Bourgie, qui lance, avec le magnifique choeur Trinity Wall Street, son année de cantates de Bach, au moment, hélas, où Christian Blackshaw foulera la scène de la Maison symphonique, ou à travers des initiatives originales comme le concert gratuit du Trio Fibonacci le 29 septembre ou le concerto pour violon de François Vallières que l’Orchestre de chambre McGill créera le 27 septembre. Sa particularité : il est inspiré par l’album Sgt. Pepper’s Lonely Hearts Club Band !

Dix concerts à ne pas manquer

7 septembre. Yannick Nézet-Séguin dirige la 5e Symphonie de Bruckner.

24 septembre. Christian Blackshaw et I Musici à la Maison symphonique.

30 septembre. Les Violons du Roy, Jean-Christophe Spinozi et Marie-Nicole Lemieux.

3 et 4 octobre. Christina Pluhar/L’Arpeggiata le 3, ou Paul Agnew (notre photo)/Les Arts florissants le 4 octobre.

11, 14 et 15 octobre. Vasily Petrenko dirige l’OSM, avec Charles Richard-Hamelin.

7 novembre. Vincent Dumestre et Le Poème harmonique à la salle Bourgie.

11 novembre. Valery Gergiev et l’Orchestre du Mariinski à la Maison symphonique.

14 novembre. Jordi Savall (notre photo) et Hespèrion XXI à la Maison symphonique.

3 décembre. Récital Martin Helmchen au Ladies’ Morning Musical Club.

9 décembre. Récital Lucas Debargue à la Maison symphonique.
1 commentaire
  • Sylvio Le Blanc - Abonné 28 août 2017 16 h 41

    M. Huss, parlant de Jordi Savall,

    l'avez-vous écouté à TV5, hier ? À mon humble avis, c'était une bien belle prestation.