Carolyn Sampson. Bach: Cantates pour soprano BWV 152, 199 et 202. Orchestre baroque de Fribourg, Petra Müllejans.

Carolyn Sampson est depuis une dizaine d’années l’une des sopranos les plus intéressantes du monde baroque. La voix nette et pure, mais pas trop blanche, convient parfaitement aux cantates Weichet nur, betrübte Schatten (BWV 202) et Mein Herze schwimmt im Blut (BWV 199), un programme enrichi par une cantate pour soprano et basse, Tritt auf die Glaubensbahn, BWV 152, où Sampson partage l’affiche avec Andreas Wolf. Chanter, ce n’est pas, comme on l’entend souvent, « pousser sa voix » ou sculpter des volutes sonores : c’est avant tout raconter une histoire. C’est tout l’objet des cantates de Bach et l’atout de la prestation de Sampson, qui, magnifiquement captée par les micros de René Möller du Studio Teldex, trouve l’équilibre parfait entre le mot et le son. Autre miracle : l’orchestre, souvent abrasif lorsqu’il est sous la houlette de Petra Müllejans, se montre ici vivant, mais très civilisé.

 

Carolyn Sampson chante la Cantate BWV 199 de Bach

Carolyn Sampson

★★★★
Musique classique

Bach : Cantates pour soprano BWV 152, 199 et 202. Orchestre baroque de Fribourg, Petra Müllejans. Harmonia Mundi HMM 902 252.