Bedouine, Bedouine

Après l’étonnement, il y aura le ravissement : ne perdez pas une seconde de ce Bedouine, premier album d’Azniv Korkejian. Premier album ! Remercions les hasards qu’a connus le parcours hachuré de la conceptrice sonore — née en Syrie de parents arméniens, élevée en Arabie saoudite puis établie aux États-Unis — et, surtout, qu’ils l’aient poussée dans la musique. Dans sa voix, calmante et posée. Dans son style envoûtant, brillamment arrangé : mélange de soul, de country, de vieux (et néo) folk, avec la danse omniprésente d’un grand orchestre et des relents de bossa-nova. Ces dix compositions de grande qualité s’enroulent comme une fumée, titillant parfois avec les clarinettes, flûte et clavecin disposés dans la trame ouatée (guitare, cordes). Déjà bien entourée, avec Gus Seyffert à la production, Azniv, dite Bedouine, raconte avec finesse la vie intérieure d’une femme (Solitary Daughter) comme sa nature nomade (You Kill Me). Ce remarquable début laisse deux sentiments : douceur et force.

Écoutez Solitary Daughter

Bedouine

★★★★ 1/2
Soul folk

Bedouine, Spacebomb