Entrevue avec Pierre Jobin - Le compagnon de la chanson

Pierre Jobin fête ses 40 ans de métier en chanson. Il aurait fallu écrire un livre à partir de l'entrevue qu'il nous a accordée...

Producteur, propriétaire de salles de spectacles, impresario, diffuseur... À part le chant, il a fait tous les métiers liés à la chanson francophone et souvent de façon simultanée. Et ils sont plusieurs artistes à lui devoir beaucoup au Québec et en Europe. D'où cette célébration ce samedi soir à L'Autre Caserne de Québec en compagnie des Pierre Barouh, Jacques Bertin, Pierre Calvé, Louisette Dussault, Danielle Oddera, Roberto Medile, Raymond Lévesque...

Nous l'avons rencontré à quelques jours de l'événement alors que des copains s'activaient joyeusement dans la salle des Oiseaux de passage pour monter une exposition de souvenirs. Notre oeil s'est d'abord posé sur les nombreuses photos de Félix Leclerc accrochées aux murs, dont Jobin a été l'impresario pendant 15 ans. «L'artiste tourne en rond sans ange gardien. Autour du globe quand il en a un. J'ai fait un milliard de kilomètres avec le mien qui portait un nom d'homme: Pierre Jobin», avait écrit Félix sur son ami. Là, des affiches de Cora Vaucaire, des souvenirs d'Eva qui jouait encore récemment aux Oiseaux. Des coupures de presse, des souvenirs de concerts..

Un peu d'histoire

Tout commence en 1964 avec l'ouverture de La Brique, sa première boîte à chansons. «On faisait ça bénévolement comme une activité de loisirs. On ouvrait seulement une fois par semaine, le dimanche soir.» Jobin fait venir des artistes, commence à produire des tournées.

Entre 1967 et 1972 seulement, il aurait été à l'origine de 700 spectacles d'artistes comme Ricet Barrier, Anne Sylvestre, Claude Nougaro. Puis c'est la rencontre déterminante avec Félix, qu'il représentera jusqu'à sa mort. Au cours des années 1980 et 1990, il dirige La Maison de la chanson de Québec, avant de la quitter pour lancer son propre café-théâtre dans le quartier Limoilou, Les Oiseaux de passage, qu'il vient de mettre en vente pour se consacrer à la production d'albums, de spectacles et à une petite compagnie de voyages organisés sur la chanson française.

Tout cela au nom de ces moments de pur bonheur qui apparaissent parfois dans un tour de chant: «Moi, j'aime la chanson vivante sur scène, avec quelqu'un. T'as pas deux spectacles pareils... » Ce qui est extraordinaire, c'est qu'après en avoir vu des milliers et en avoir produit presque autant, il en est toujours convaincu.

À voir en vidéo