«Au grand orgue Pierre-Béique», Jean-Willy Kunz

Les CD d’orgue sont susceptibles d’intéresser trois publics : les amateurs d’orgue, les amateurs de musique et les « hifistes ». Atma publie concomitamment deux disques du titulaire de l’orgue de la Maison symphonique de Montréal : l’un en solo (avec, notamment, la Toccata et fugue en ré de Bach, la Toccata de Widor et une transcription du Carnaval des animaux) ; l’autre évoluant entre jazz et klezmer, partagé avec saxo, clarinette, trombone, contrebasse et percussion (« Impressions », Atma ACD2 2721). Les deux enregistrements sont très différents. Produit « pop », où l’orgue est accessoire, Impressions (avril 2015) a un son pop. Le CD purement classique, enregistré en février 2017, capte vraiment l’instrument à distance dans son environnement : le preneur de son Pierre Lévesque donne corps aux graves dans une salle qui les flatte peu. Par contre, on aurait attendu plus d’harmoniques aiguës dans une acoustique si brillante. Le jeu de Kunz est impeccable.

Écoutez Citius altius fortius! interprété par Jean-Willy Kunz
 

Jean-Willy Kunz

★★★★
Classique

« Au grand orgue Pierre-Béique ». Oeuvres de Bach, Widor, Goulet, Dupré, Alain, Vierne, St. Saëns. Atma ACD2 2747.

1 commentaire
  • Sylvio Le Blanc - Abonné 9 juin 2017 15 h 00

    Saint-Saëns

    et non

    St. Saëns