Heroines of Love and Loss Compositrices et héroïnes au XVIIe siècle. Ruby Hughes (soprano), Mime Yamahiro Brinkmann (violoncelle), Jonas Nordberg (théorbe)

L’un des plaisirs du Concours musical fut de pouvoir partager découvertes et coups de coeur avec des alter ego critiques internationaux. Lorsque mon ami du magazine Diapason, Gaetan Naulleau, m’a parlé de ce CD qui réunit à peu près tout pour ne pas être remarqué — des artistes peu connus, un répertoire intimiste vaguement défini, une dizaine de compositeurs parmi lesquels Vivaldi, Strozzi, Purcell, Piccinini, Caccini, etc. — comme d’un « disque parfait », je n’ai pas tardé à l’écouter. Je suis totalement d’accord avec lui et dois à Ruby Hughes et à ses amis musiciens de m’avoir apaisé du grand courroux du dénouement de Piano 2017. Il y a dans ce programme, qui alterne voix et instruments avec un flair idéal, une sorte de grâce absolue, relayée par une prise de son renversante, tant en stéréo qu’en écoute multicanal. Un CD coin du feu, un CD porto et whisky, un CD bonheur…
 

Ruby Hughes chante Venus' Birds de John Bennet

Heroines of Love and Loss

★★★★★
Musique classique

Compositrices et héroïnes au XVIIe siècle. Ruby Hughes (soprano), Mime Yamahiro Brinkmann (violoncelle), Jonas Nordberg (théorbe). Bis SACD 2248.