Le temps du changement

Le nouvel album «La grosse maison rouge» révèle une facette plus tranquille d’André Brunet.
Photo: Julie Martel Le nouvel album «La grosse maison rouge» révèle une facette plus tranquille d’André Brunet.

C’est l’authentique violoneux populaire et le musicien parfait pour la danse. Lorsqu’il démarre, certains l’appellent « le train » tant son énergie est foudroyante, mais il peut aussi calmer le jeu et respirer. Aujourd’hui, à 40 ans, il vient de lancer La grosse maison rouge, son premier disque solo, et en janvier il ira rejoindre son frère Réjean au sein du Vent du Nord.

Aussi, il a conseillé l’acteur Émile Proulx-Cloutier pendant la réalisation du film sur La Bolduc et il est porte-parole du deuxième Festitrad, qui se déroule à Saint-Gabriel les 7, 8 et 9 avril. Vendredi, il montera sur la scène avec De Temps Antan, son groupe actuel. Le lendemain, il accompagnera le grand chanteur Bernard Simard avec son nouveau collègue, Olivier Demers de VDN. En quelque sorte, il passera du Temps au Vent.

« J’aime beaucoup le changement et c’était dans l’air, dit André Brunet. Je regardais Olivier, qui est aussi violoneux, et on se disait que ça serait le fun de s’accoter. Et le Vent cherchait un autre soliste qui tape de pied. Je retrouve aussi mon frère Réjean, avec qui j’ai longtemps formé le duo des Frères Brunet. »

Avant de devenir membre du groupe De Temps Antan, André avait contribué à faire rouler un train beaucoup plus gros, celui de la Bottine souriante, pendant que son frère Réjean menait sa barque avec La Volée d’Castors. Leur père avait toujours espéré qu’ils se retrouvent. Voilà qui est fait.

Depuis novembre dernier, les deux frangins font aussi partie de l’aventure de Solo, le collectif électrisant qui a signé des engagements sur la scène internationale et qui unit les membres du Vent du Nord à ceux de De Temps Antan, le groupe qui comptera dorénavant sur les services d’un autre violoneux énergique : David Boulanger, actuel bottinien qui devient par le fait même membre de Solo.

Ajouter des couleurs

Pendant ce temps, le nouvel album La grosse maison rouge révèle une facette plus tranquille d’André en évoquant presque… le Vent du Nord. Si on y retrouve des airs de party comme on les faisait chez les Brunet à Lacolle, on plonge aussi dans la mélancolie à l’écossaise, dans une suite de reels raffinés à l’irlandaise et dans quelques mélodies aux influences plus classiques. Des invités de choix ont contribué, dont les guitaristes Colin Savoie-Levac et Éric Beaudry, la harpiste Ailie Robertson du groupe The Outside Track, la chanteuse-flûtiste Évelyne Gélinas, la violoniste Stéphanie Lépine, la violoncelliste Natalie Haas et une chorale d’une quarantaine d’artistes qui ont fait parvenir leur piste à tour de rôle pour la pièce finale.

André précise la démarche : « J’ai composé beaucoup depuis dix ans et environ 75 % des pièces sont de moi. Mon but était de ressortir le répertoire que j’avais, mais je voulais ajouter des couleurs et ne pas être seul. Mon frère Réjean et Simon Marion m’ont aidé pour la réalisation. Il fallait penser à aérer tout ça. Des fois, je me double au violon et dans une pièce, je joue huit violons. » Un bien beau disque d’un grand musicien !

Et le film sur La Bolduc avec Debbie Lynch-White qui l’incarnera ? « Je conseille Émile Proulx-Cloutier, qui interprète le mari de La Bolduc. Il a fallu que je lui enseigne à jouer du violon sans jouer du violon. On a pris le temps de placer les doigts et l’archet. Puis, ils avaient besoin d’un deuxième violon, alors ils m’ont habillé. »


Le Festitrad, prise II

« La ville de Saint-Gabriel était une destination culturelle avec beaucoup de musique, et le directeur Patrice Jetté veut ramener cette richesse », résume André Brunet. Précisons qu’André Marchand se produira avec Grey Larsen dans une imprimerie, que le spectacle des Charbonniers de l’enfer annonce une tournée automnale et que, pour son 150e anniversaire, le village de Saint-Côme s’invite au Festitrad avec neuf musiciens et plus de sept chanteurs dirigés par Éric Beaudry.

Le Festitrad 

À Saint-Gabriel. Le 7 avril : Musique à bouches, De Temps Antan et Les Campagnards. Le 8 avril : André Marchand et Grey Larsen, le duo Lépine-Branchaud, Bernard Simard & Cie, Saint- Côme s’invite à Saint-Gab. Le 9 avril : Les Petits Pas Jacadiens et Les Charbonniers de l’enfer. 
 

La grosse maison rouge

André Brunet, Indépendant