La bouleversante énergie du désespoir de Marie-Nicole Lemieux

La chanteuse Marie-Nicole Lemieux a été émue aux larmes lors de sa prestation parisienne.
Photo: Christophe Huss La chanteuse Marie-Nicole Lemieux a été émue aux larmes lors de sa prestation parisienne.

« Je peux vous dire que ce n’est pas facile, parfois. Mais je peux vous dire que j’y mets tout mon amour. » Un « On t’aime ! » fuse du balcon. La salle applaudit. C’est en s’adressant directement au public avant son troisième air de la première partie que Marie-Nicole Lemieux ressent le besoin d’exposer publiquement sa fragilité vocale d’un soir, la larme à l’oeil. Geste inhabituel. Geste qui marquera un tournant dans son récital et ouvrira la voie à un triomphe d’une rare intensité. « Il y a très longtemps que je n’ai pas vu une salle dans cet état », me dira ma voisine à la fin du concert.

Cette soirée au Théâtre des Champs-Élysées à Paris devait couronner triomphalement une tournée de cinq concerts saluant la parution récente du disque Rossini de Marie-Nicole Lemieux, son premier chez Warner Classics.

Mais tout ne s’est donc pas passé comme attendu. La voix est un instrument fragile. Et pour notre contralto nationale, le retour à la réalité a touché un air au titre prédestiné : « Dans une si cruelle infortune… » de l’opéra Semiramide. Le si bémol aigu ne passait tout simplement plus. Marie-Nicole Lemieux a fait un geste, du type « désolé ». Tout le malheur de la terre semblait s’abattre sur elle. C’est toute la voix qui n’allait pas au mieux. La chanteuse qui semblait enrouée, mais n’a jamais cherché d’excuses, avait beaucoup stressé son organe d’emblée avec un air escarpé de Matilde di Shabran.

Le public a soutenu la chanteuse, même si le troisième air (celui après l’adresse au public) tenait surtout par l’énergie du désespoir. « Bravo ! », criait le public. « Non, non, je ne le mérite pas », mimait Marie-Nicole, humblement.

La seconde partie a vu une montée en assurance progressive de la chanteuse, d’abord prudente et craintive, puis plus hardie et maîtrisant son art. Trois airs là aussi, dont un « Cruda sorte » (air d’ouverture du CD) économe vocalement, mais techniquement parfaitement maîtrisé, un « Une Voce poco fa » du Barbier, où la contralto a commencé à redéployer sa voix à partir des graves et a passé ses aigus, et un air de l’Italienne à Alger immaculé, achevé sur les paroles « Face aux aléas d’un sort inconstant, qu’une femme t’enseigne à rester fort » !

Partout, Marie-Nicole Lemieux était épaulée par Jean-Marie Zeitouni avec une exemplaire complicité. Le chef québécois a lui aussi marqué des points, car l’enthousiasme pour ses interprétations burinées d’ouvertures de Rossini à la tête de l’Orchestre de Montpellier était de plus en plus manifeste de la part du public.

À la fin, Marie-Nicole Lemieux a fait taire les vivats pour reprendre la parole : « Merci, je n’y serais pas arrivée sans vous. J’ai cru mourir… » Et d’y aller, malgré sa fatigue de trois rappels : un air désopilant de La pietra del paragone, La Danza, et la fin de « Cruda sorte ». Au bout du compte, une salle en délire. La sincérité avait payé !

« Récital voix » — Marie-Nicole Lemieux (contralto)

Rossini : Airs de Matilde di Shabran, Semiramide, Tancredi, L’Italienne à Alger, Le Barbier de Séville. Ouvertures de Guillaume Tell, Semiramide, L’Italienne à Alger, Le Barbier de Séville. Orchestre National de Montpellier-Occitanie, Jean-Marie Zeitouni, Théâtre des Champs-Élysées, vendredi 24 mars.

3 commentaires
  • Denis Paquette - Abonné 27 mars 2017 02 h 37

    je suis encore remué pas son courage et son talent

    il est vraiment unique comme chanteuse et les parisiens ont appris a l'aimer, la premiere fois que je l'ai vue, c'est avec le haut de conte francais ensemble ils étaient tout simplement splendides, la salle ne voulait plus les laisser partir tellement ils étaient agreable aregarder et ales entendre, mais l'emporter au théatre des Champs Élysés c'était tout un defi, elle l'a emporté haut la main,les gens ont convenus qu'elle avait un talent extra ordinaire, j'en suis encore tout remué

  • Denis Paquette - Abonné 27 mars 2017 02 h 37

    je suis encore remué pas son courage et son talent

    il est vraiment unique comme chanteuse et les parisiens ont appris a l'aimer, la premiere fois que je l'ai vue, c'est avec le haut de conte francais ensemble ils étaient tout simplement splendides, la salle ne voulait plus les laisser partir tellement ils étaient agreable aregarder et ales entendre, mais l'emporter au théatre des Champs Élysés c'était tout un defi, elle l'a emporté haut la main,les gens ont convenus qu'elle avait un talent extra ordinaire, j'en suis encore tout remué

  • Jean-Marc Lefebvre - Abonné 27 mars 2017 10 h 50

    La sincérité

    Voilà, "La sincérité avait payé!" Cela touche à l'idée de ne pas se cacher, de ne pas se dérober,cela touche au courage et à la responsabilité, bien des personnes devraient s'en inspirer.

    Merci de relater ce moment