Christina Pluhar à Montréal pour deux concerts en octobre

Harpiste, luthiste et théorbiste, Christina Pluhar s’est signalée aux mélomanes par son renversant CD «La Tarentella» paru chez Alpha en 2002.
Photo: Marco Borggreve Harpiste, luthiste et théorbiste, Christina Pluhar s’est signalée aux mélomanes par son renversant CD «La Tarentella» paru chez Alpha en 2002.

Pro Musica lance un magnifique pavé dans la mare en invitant Christina Pluhar et L’Arpeggiata à ouvrir sa saison 2017-2018.

Après l’invitation de Traquen’Art à Jordi Savall et Hespèrion XXI, il manquait une pièce au puzzle pour que les mélomanes de Montréal puissent aller à la rencontre de ce que la musique a produit de mieux en ce début de XXIe siècle. Ce sera chose faite, les 3 et 4 octobre prochains, grâce à Pro Musica, qui a pris l’initiative d’inviter Christina Pluhar et son ensemble L’Arpeggiata à ouvrir sa saison 2017-2018.

Harpiste, luthiste et théorbiste, Christina Pluhar s’est signalée aux mélomanes par son renversant CD La Tarentella paru chez Alpha en 2002. Elle a, depuis, enchaîné des projets plus inventifs les uns que les autres, abolissant les frontières musicales, notamment dans Music for a While, mêlant Purcell et jazz. Tout comme Jordi Savall, c’est la rencontre entre musiques savantes et musiques de tradition qui motive principalement Christina Pluhar depuis ses débuts. Les deux projets proposés à Montréal seront Mediterraneo et La lyra d’Orfeo.

Nouveau souffle

On peut parler de nouveau souffle chez Pro Musica, où la programmation est désormais concoctée par un comité de sept membres, comportant professionnels de la musique et mélomanes passionnés. Richard Lupien, président du Conseil d’administration de Pro Musica, à l’origine de cette initiative se frotte déjà les mains : « Le comité n’est en place que depuis quelques mois mais donne déjà une couleur à la programmation d’une saison que je qualifierai de transition. En 2018-2019, davantage de choses vont changer : nous travaillons sur le format des concerts et les plages horaires », a dit Richard Lupien au Devoir.

Le rendez-vous inédit et insolite du début de saison devient un symbole d’une ouverture des horizons de Pro Musica : « Lorsque le nom de L’Arpeggiata a été avancé, tout le monde dansait sur la table ! Ce groupe n’est jamais venu à Montréal et nous l’aurons juste avant Carnegie Hall. » Plutôt que d’enfermer ces musiciens dans une salle, les édiles de Pro Musica ont choisi l’église Saint-Pierre-Apôtre, un lieu pouvant accueillir 500 spectateurs. Avec une telle affiche, Pro Musica espère doper ses abonnements : « Étant donné que tous nos billets sont offerts uniquement en abonnement jusqu’au 15 mai, nous pensons qu’il va y avoir une demande pour les 500 places. » Surtout que les deux autres concerts de la série afficheront, au Théâtre Maisonneuve, Dawn Upshaw et le Quatuor Brentano et, à la Maison symphonique, Marc-André Hamelin et le Quatuor Pacifica, dans le Quintette avec piano de Schumann et la création canadienne d’un quintette composé par Marc-André Hamelin.

Les programmes de la série des Mélodines seront dévoilés en septembre. Quant aux concerts de prestige avec l’OSM, révélés mercredi, ils afficheront Maurizio Pollini, Yuja Wang et Mikhaïl Pletnev.