Not Even Happiness, Julie Byrne

Julie Byrne est une romantique d’âges anciens qui se promène, flottante mais tout aussi pragmatique, dans l’humanité moderne. Femme nomade, ranger saisonnière au Central Park de New York, tombée sur la guitare de son père quelques années après qu’il a dû, malade, renoncer à la musique, l’Américaine de 26 ans raconte sur Not Even Happiness ses errements du corps et de l’esprit. Il y a sur ce deuxième album des kilomètres d’États-Unis, à leur plus fort sur Sleepwalker et Melting Grid, mais aussi des moments véritablement immobiles, solitaires, quasi mystiques. Penchée sur sa guitare acoustique, Julie Byrne ajoute parfois une flûte, un harmonica ou des vagues en arrière-plan, rappel du Pacifique. C’est plus que du folk — il y a dans sa voix veloutée, patiente, un néoamericana ensommeillé et jusqu’à un souffle new age (I Live Now as a Singer). Avec elle, incarnation même de ses mélodies aux amours insaisissables et à la poésie dévouée, la déroute du monde n’est plus qu’un poids volatil.


Julie Byrne - Melting Grid

Not Even Happiness

★★★★
Folk

Julie Byrne, Ba Da Bing