Scenes of the Tourist, Wharfer

Il y a sur Scenes of the Tourist une frappante ambiguïté : l’impression d’entendre chanter sous terre, invaincu, un homme inondé de lumière. Kyle Wall, ou Wharfer, musicien de Brooklyn, mâcheur de mots et mélodiste doux, est retombé en 2015 sur un piano dont il a fait la base de ce troisième album lent aux écrits structurés, extrêmement pointilleux dans leur fatalisme. Ses airs simples n’en sont pas tout à fait, car d’autres, subtils, lancent des pistes satellitaires, venteuses — banjo, mandoline, violoncelle, guitares, synthés en arcs électriques (Somewhere a Meteor Calls Me) — ou plus orchestrales (Arrows). Sa musique se traîne avec grâce en petits poèmes métaphoriques, jamais uniforme. Avec sa gorge gravissime, torturée jusqu’à devenir abyssale, Wharfer déforme ses mots, ajoutant à l’étrange. Peut-on lire dans cet album très libre une ivresse devenue imperméable à la laideur du monde ? Cette livrée poignante marque en tout cas une mue définitive et laisse une émotion conséquente.


Wharfer - The Suitcase

Scenes of the Tourist

★★★★
Alt folk

Wharfer, Indépendant

À voir en vidéo