Retour aux sources pour le Montréal Guitare Trio

Sébastien Dufour, Glenn Lévesque et Marc Morin forment un trio depuis maintenant dix-huit ans.
Photo: Annik MH De Carufel Le Devoir Sébastien Dufour, Glenn Lévesque et Marc Morin forment un trio depuis maintenant dix-huit ans.

On n’attendait pas les gars du Montréal Guitare Trio là, eux qui nous ont habitués à marier les genres en ralentissant le surf avec des accents orientaux, en croisant Félix ou Radiohead avec d’autres musiques et en métissant à leur façon les Piazzolla, Gismonti, Morricone et plusieurs autres. Cette fois-ci, ils recentrent leur démarche en offrant Danzas !, un album à l’enseigne des musiques espagnoles. Rencontre avec Glenn Lévesque, Marc Morin et Sébastien Dufour.

« On a commencé il y a dix-huit ans comme un trio de guitares et, ce qui nous a mis ensemble, c’est l’intérêt de faire cohabiter beaucoup de choses différentes », se rappelle Marc Morin, qui joue de la basse dans presque tous les titres de Danzas !. « À un moment donné, chacun a commencé à avoir d’autres projets et à jouer d’autres instruments. C’est comme ça que la voix, le charango, la mandoline et la basse sont arrivés. » Voilà qui résume l’histoire du trio jusqu’à la création de ce nouveau disque, qui lui donne une autre tournure.

La moitié du répertoire de Danzas ! est tiré de l’oeuvre de Manuel de Falla, mais on lorgne aussi du côté de chez Paco de Lucia, et même de Charlie Haden. Si l’essence est souvent classique, l’énergie se rapproche davantage du flamenco. Contrairement aux disques précédents, on ne trouve que des guitares et de la basse acoustique, sans autre instrument à cordes ni parties vocales

Glen Lévesque confirme : « Danzas ! est l’album avec le plus d’unité et c’est aussi un retour aux sources. On a étudié la guitare classique et ce répertoire est à 85 % espagnol. On a donc décidé de faire une petite courbe pour aller chercher dans notre passé. » Sébastien Dufour complète : « Ça fait des années qu’on parle de faire un album plus classique. La musique espagnole est une partie de ce qu’on fait, mais on ne l’avait pas encore fait à fond. L’originalité de l’album est dans la signature des arrangements. On a donné un côté flamenco à toutes les pièces. C’est pour ça qu’on a intégré des pièces de Paco de Lucia qui se mariaient bien à celles de Manuel de Falla. »

Le compositeur classique avait beaucoup puisé dans les danses régionales de l’Espagne, alors que Paco, le maître du flamenco, lui avait rendu hommage en lui consacrant un disque. Or, ce mouvement du balancier, du terroir à la musique savante et l’inverse, les membres du MG3 l’avaient bien en tête en préparant Danzas !. Aux six titres de Manuel de Falla, ils ajoutent ici la romantique Canción de amor du célèbre guitariste andalou, en plus de son accouplement de Mediterranean Sundance à Rio Ancho que l’on trouve sur le mythique Friday Night in San Francisco réalisé avec John McLaughlin et Al Di Meola.

Mais les trois joueurs de cordes intègrent aussi une touche latino-américaine en passant par l’influence de Jean-Sébastien Bach transmise dans La Catedral du Paraguayen Agustín Barrios Mangoré (1885-1944). Dans les trois mouvements de la pièce, on démarre en délicatesse, avant d’intégrer la basse qui dégage un parfum très subtilement prog, puis d’attaquer vers le flamenco. « Exception faite de La Catedral, Barrios Mangoré est un compositeur qui s’est énormément inspiré du folklore local. Aller par extension chercher un compositeur latin était pour nous un lien évident », affirme Sébastien. Une autre façon de ramener à l’Espagne.

En terminant, une triste nouvelle : faute de visa, le fabuleux joueur de slide Pandit Debashish Bhattacharya ne pourra venir jouer avec le MG3 au Palais Montcalm le 10 mars. En revanche, le trio de guitaristes reprendra la route des États-Unis en février avec ses complices du California Guitar Trio, le groupe avec lequel il prépare un disque de compositions originales qui devrait paraître cette année.


Montréal Guitare Trio - La Catedral-Allegro solemne

Danzas !

Montréal Guitare Trio, Analekta (sortie le 3 février). En concert de lancement au théâtre Outremont, les jeudi 26 et vendredi 27 janvier à 20 h. Renseignements : 514 495-9944, poste 1.