Jinja, The Nile Project

Les 35 musiciens de ce collectif viennent des pays riverains du Nil et utilisent la musique en tant qu’outil de sensibilisation à l’importance de l’eau dans un contexte parfois pénible. Mais de leur art jaillissent la lumière et la joie communicative de partager les langues, les modes, les rythmes, les timbres et les techniques de jeu de 11 pays, dont l’Égypte, l’Éthiopie, le Kenya et l’Ouganda, terre de Jinja et hôte du rassemblement des musiciens où ce deuxième disque fut créé. La musique, très riche en couleurs à cause de la diversité des instruments, est à la fois blues et rythmée, entre l’Afrique et l’Orient, entre l’ancestral, les nouveaux métissages et même le son contemporain, un pied en Égypte et un autre vers le sud. De fabuleux artistes y participent, à commencer par l’oudiste Mohamed Abozekry ou les chanteuses Meklit Hadero et Sophie Nzayisenga. Le disque est une réussite.

Jinja

★★★ 1/2
Musique des pays du Nil

The Nile Project, Indépendant