Ehnes Quartet, James Ehnes

James Ehnes parvient fort bien à concilier carrière de soliste international et projets chambristes. On se souvient, chez Onyx, d’un formidable Octuor de Mendelssohn. Voici un couplage original, généreux (74 minutes) et judicieux de deux grands quatuors à cordes. Il est vraiment bluffant de voir un ensemble qui se réunit épisodiquement parvenir à un tel degré de finition. L’interprétation de Schubert est intense et instrumentalement superlative. Or nous craignions d’observer une différence notable entre le supervirtuose Ehnes et sa comparse violoniste Amy Schwartz Moretti. Non seulement il n’en est rien, mais le quatuor au complet semble s’aligner sur le moelleux sonore et la finesse de son auguste 1er violon. Le couplage avec l’Opus 56 de Sibelius est certes plus austère que celui avec un autre quatuor de Schubert, mais on suit Ehnes et ses amis où ils nous mènent avec tant de tact et d’intensité.


Le Ehnes Quartet joue La jeune fille et la mort de Schubert

Ehnes Quartet

★★★★
Musique classique

Schubert : quatuor La jeune fille et la mort. Sibelius : quatuor Voix intimes. Onyx 4163.