Les musiques hivernales du Métropolitain

Valérie Milot se montre une fois de plus sous le jour d’une harpiste de classe mondiale.
Photo: Ève Leclerc Valérie Milot se montre une fois de plus sous le jour d’une harpiste de classe mondiale.

Autant l’OSM, avec le concert qui sera redonné vendredi soir, que le Métropolitain nous ont concocté un « Noël russe », qui dans le cas présent est un agréable concert « hivernal », au programme plaisant pour amateurs et non initiés.

J’ai une grande tendresse depuis mon adolescence pour lasymphonie « Petite Russienne » (ancienne dénomination d’une partie de l’Ukraine) de Tchaïkovski que m’avait alors fait découvrir l’enregistrement de Riccardo Muti. Il est clair d’entrée de jeu que Julian Kuerti ne dirige pas cette oeuvre par défaut ou par obligation. Le chef possède un sens des équilibres et des couleurs (cuivres) tchaïkovskiens, même dans l’église Saint-Sixte de Saint-Laurent, copieusement remplie par 500 auditeurs.

Sachant qu’il s’agissait du premier de six concerts qui mèneront les musiciens en arrondissements puis, dimanche après-midi, à la Maison symphonique de Montréal, certaines choses vont encore un peu s’huiler. Dimanche, on aboutira probablement à un second mouvement légèrement plus allant et à un scherzo plus fuyant et vraiment molto vivace. La seule chose que je n’ai vraiment pas comprise, c’est la raison pour laquelle le chef demande à étouffer la grande résonance de tam-tam avant la coda finale. Il y a pourtant un point d’orgue, et c’est un moment très fort…

La seconde partie du concert, substantielle (une heure !), débute sur l’agréable pot-pourri de Noël de François Morel et s’achève avec la Suite de Casse-noisettes, là aussi bien croquée, mais dont la Valse des fleurs devrait gagner en envol et légèreté dans les concerts subséquents. La découverte de cette seconde moitié est l’admirable Concerto pour harpe de Glière.

Même si je ne suis pas un inconditionnel du laborieux second mouvement à variations, les deux allegros qui l’encadrent sont remarquables et, comme dans son disque avec Les Violons du Roy, Valérie Milot se montre une fois de plus sous le jour d’une harpiste de classe mondiale. Sa cadence (morceau en solo) du 1er mouvement est un pur bijou de finesse.

Si vous cherchez une belle activité culturelle dimanche après-midi (ou dans votre quartier avant cela), ce concert qui vous fera voyager vous est largement recommandé.

Noël avec Valérie Milot

Tchaïkovski : Symphonie no 2, « Petite Russienne ». Morel : Paraphrase sur des airs de Noël. Glière : Concerto pour harpe et orchestre, op. 74. Tchaïkovski : Casse-noisettes, suite op. 71a. Valérie Milot (harpe), Orchestre Métropolitain, Julian Kuerti. Mardi 13 décembre à l’église Saint-Sixte de Saint-Laurent. Reprises à 19 h 30 à Mercier–Hochelaga-Maisonneuve ce jeudi, Pierrefonds-Roxboro, ce vendredi et Saint-Léonard, ce samedi, ainsi que ce dimancheà 15 h, à la Maison symphonique de Montréal.