Les ventes de vinyles dépassent celles du numérique

Au Canada, les ventes de vinyles sont aussi en hausse.
Photo: Getty Images Au Canada, les ventes de vinyles sont aussi en hausse.

Les bons vieux vinyles seront-ils les sauveurs de la musique ? Si on se fie aux chiffres de vente, les 33 tours réussissent ce qu’on pourrait qualifier d’exploit : redonner de la valeur sonnante et trébuchante au disque. La preuve concrète a été faite en Grande-Bretagne, où pendant la première semaine de décembre les ventes de vinyles ont dépassé les revenus de la musique en format numérique.

Cette statistique est une première historique, a déclaré l’Entertainment Retailers Association (ERA), qui compile les statistiques du disque dans le pays. La semaine dernière, les ventes de vinyles ont atteint 2,4 millions de livres (4 millions $CAN), alors que les achats musicaux dématérialisés se sont élevés à 2,1 millions de livres (3,5 millions $CAN). À titre comparatif, à la même époque en 2015, les ventes de « longs jeux » s’élevaient à 1,2 million de livres (1,65 million $CAN), contre 4,4 millions (7,3 millions $CAN) pour les formats numériques.

« Voilà une preuve de plus de la capacité de l’amateur de musique à nous surprendre tous, a dit la chef de la direction de l’ERA, Kim Bayley, dans un communiqué. Il n’y a pas si longtemps, le téléchargement numérique était vu comme le futur de la musique. Peu de gens auraient prédit qu’un format inventé en 1948 et qui réside dans le pressage d’un groove dans un bout de plastique ferait aussi bonne figure en 2016. »

Le vinyle en cadeau ?

L’ERA soumet quelques hypothèses pour expliquer la situation. D’abord, en plein magasinage de Noël, le disque en format vinyle est devenu une façon populaire de faire plaisir à l’être cher ou à l’ami mélomane.

Mme Bayley souligne aussi le fait que davantage d’albums sont maintenant pressés en format vinyle lors de leur lancement et que plus de détaillants vendent des 33 tours en Grande-Bretagne, dont HMV, le magasin généraliste Tesco et la chaîne de supermarchés Sainsbury’s.

« Il y a une nouvelle génération qui achète des vinyles, ajoute Mme Bayley. Beaucoup d’adolescents et de jeunes de moins de 25 ans veulent posséder le vinyle de leur artiste préféré et avoir quelque chose de plus tangible entre les mains. »

Toutefois, une étude menée en 2015 par la maison de sondage britannique ICM montrait que, dans le groupe d’acheteurs de vinyles sondés, 48 % n’avaient pas écouté leur achat. Pire, 7 % d’entre eux ne possédaient même pas de tourne-disque.

Au Canada

Au Canada, les ventes de vinyles sont aussi en hausse. La firme Nielsen, qui comptabilise les chiffres de l’industrie de la musique, a dévoilé plus tôt cette année les résultats pour les six premiers mois de 2016. On peut y constater que la quantité de 33 tours vendus a connu une hausse de 39 % par rapport à la même période en 2015, passant de 207 000 à 287 000 exemplaires écoulés.

Au même moment, les ventes de CD ont baissé de 16 % et les ventes numériques ont chuté de 25 %. Notons toutefois que les copies vendues de vinyles représentent environ 3 % des ventes totales de musique en support physique.

Au Québec, l’Observatoire de la culture et des communications ne fait pas de ventilation des ventes physiques, dans lesquelles les CD et les vinyles sont cumulés.