Jazz - Inflation musicale

Seigneur, que se passe-t-il? Voilà qu'après des semaines de disette, c'est l'inflation musicale. Pas moins de trois spectacles sont à l'affiche des prochaines 48 heures. La grande chanteuse Sheila Jordan se produira ce soir et demain soir au Upstairs, l'Orkestre des Pas Perdus prendra possession de la Sala Rossa demain et Stephen Barry jouera en solo ce soir au Yellow Door.

Encouragée par Charlie Parker et Dizzy Gillespie, admirée par Miles Davis, Sheila Jordan ne sera pas accompagnée du contrebassiste Harvie Swartz, un de ses plus fidèles compagnons, mais bien par un trio formé des Montréalais Steve Amirault au piano, André White à la batterie et Kiran Owens à la contrebasse. Reconnaissable entre toutes grâce à ce ton feutré quelque peu rentré qui distingue son chant, Sheila Jordan appartient à la catégorie des grands vocalistes, celle des Billie Holiday et Carmen McRae, Sarah Vaughan et Helen Merrill, Ella et Billy Eckstine. À noter que le premier set commence à 19h30.

Fondé, animé et dirigé par Claude St-Jean, l'Orkestre des Pas Perdus, OPP pour les intimes, défendra demain les couleurs de son album Mondo Cuivro, qui sort tout juste des presses. À l'instar des publications antérieures, celle-ci allie dans le bonheur et l'allégresse le jazz avec le funk, le ska, le reggae et le punch. On compte peu, dans le vaste monde, de fanfares aussi passionnantes que celle de St-Jean. L'OPP, c'est St-Jean au trombone, Maxime St-Pierre à la trompette, Jean-Denis Levasseur au saxophone alto, Jean Sabourin au sousaphone et Rémi Leclerc à la batterie. L'OPP, c'est la joie faite musique. La Sala Rossa est située sur le boulevard Saint-Laurent. À 20h30.

Une fois n'est pas coutume, mais voilà que l'inimitable Stephen Barry va délaisser quelque peu sa contrebasse pour jouer de la guitare. Il va chanter ses histoires, il va raconter ses tranches de vie, qu'il décrit sans jamais se départir d'un sens de l'humour tout en retenue. Au Yellow Door, 3625, rue Aylmer.