La tradition et la machine

Jean-François Berthiaume, le calleur du groupe trad Réveillons !
Photo: Jean-François Berthiaume Jean-François Berthiaume, le calleur du groupe trad Réveillons !

Pour la vingt-sixième fois, la tradition se décline dans toutes ses facettes lors des Rendez-vous ès TRAD qui se déroulent à Québec du 6 au 10 octobre. Plusieurs formes culturelles y sont mises à l’honneur, du concert à la veillée de danse et de la joute à la randonnée chantée. Des mélanges stylistiques y sont également proposés, comme lors de la soirée de vendredi au Cercle, alors que Réveillons !, un groupe trad à l’approche sauvage, se produira en première partie du Bal électro-trad, un excitant projet qui rassemble les musiciens des Chauffeurs à pieds, DJ Millimetrik et Jean-François Berthiaume, le calleur de Réveillons !

« Le Cercle, c’est un bar, pis ça, Réveillons !, on aime ça. On est plus un groupe de bar que de salle. Pis, en plus, il y a une veillée de danse. Qu’est-ce que tu veux de mieux ? », s’excite Jean-François. Dans la formation Galant, tu perds ton temps, il est le tambourineur qui s’amuse librement. Avec son frère David, il a lancé un essai musical de chansons électro-trad. Avec Réveillons !, il devient podorythmiste et calleur de folklore. Il est d’ailleurs l’un des plus originaux meneurs de danse, peut-être le seul qui marie le call aux percussions, à la poésie populaire, à l’improvisation et même au chant.

« Quand on m’a approché pour participer au Bal électro-trad, j’ai posé beaucoup de questions », admet-il en souriant. « J’aime bien inventer de nouvelles affaires, mais il faut que je me reconnaisse en tant que traditionnel. Moi, je vais faire la danse pas mal traditionnelle, donc, pour les amateurs de danse traditionnelle, il n’y a aucun problème. Au niveau du call, c’est trippant à cause des basses fréquences qui sont en évidence. Je me sens comme un slameur ou un rappeur. »

Un « beatmaker »

De son côté, DJ Millimetrik est un beatmaker de la capitale. Sa musique électronique révèle des tempos plutôt lents, des atmosphères mélancoliques et des climats parfois cinématiques. Avant de participer au Bal électro-trad avec JF et Les Chauffeurs à pieds, il ne connaissait ni n’écoutait de la musique traditionnelle :

« Le point commun avec ma musique, je dirais que c’est la rythmique. Mais ce n’était pas le cas au départ. On s’est rendu compte que mes pièces étaient difficilement adaptables parce que trop lentes. On a donc composé des trames ensemble et réadapté certaines chansons. Les Chauffeurs, c’est quelque chose de très rythmé qui s’apparente plus à du house en musique électronique. On a donc gardé les ambiances de claviers, mais on a monté le tempo. »

Les Chauffeurs à pieds, c’est ce groupe de musique trad déjantée qui est en campagne de sociofinancement pour la réalisation d’un livre-disque inspiré d’une expédition en canot sur la rivière Moisie. En concert, ses membres peuvent improviser en étirant une pièce jusqu’à quinze minutes.

Comment Millimetrik ressent-il cela ? « On se permet beaucoup plus d’improvisation, chose que je n’avais jamais trop faite en musique électronique. Les Chauffeurs, là-dessus, c’est une machine de guerre », observe le DJ. « Ce qui m’impressionne aussi, c’est qu’ils sont comme des bibliothèques vivantes de reels. Ils peuvent jouer n’importe quand et n’importe où. Moi, je ne fais pas de reprises et je n’ai pas à faire la sauvegarde d’un patrimoine : la musique électronique, c’est beaucoup plus jeune comme style. Ce que je trouve le fun, c’est de mélanger ça. » D’autant qu’Olivier Soucy, le guitariste des Chauffeurs, crée aussi de la musique électro. Certaines de ses séquences sont conservées pour le Bal électro-trad.


Trois autres suggestions

La soirée féminine L’Hirondelle, le groupe mené par l’excellente interprète Stéphanie Gagnon, à dominante folk et aux multiples couleurs, partage la scène avec Galant, tu perds ton temps, l’unique groupe féminin a capella, à l’exception de son galant percussionniste. Le groupe prépare un nouvel album. Au Musée de la civilisation de Québec, samedi à 20 h.

Alex Kehler et Nicholas Williams Ces deux musiciens des Cantons-de-l’Est réinventent singulièrement les traditions scandinaves, celtiques, folk et québécoises. Avec le nickelharpa, le violon et le cistre nordique ou la flûte de bambou indienne, le piano et l’accordéon. Aux Voûtes de la maison Chevalier, samedi à 17 h 30.

Farafikeb et les Trios Éphémères Dans la capitale, Farafikeb mélange la tradition québécoise à celles de l’Afrique mandingue, alors que les Trios Éphémères sont créés pendant le festival avec des musiciens participants. Aux Voûtes de la maison Chevalier, dimanche à 20 h.

Les Rendez-vous ès TRAD

Dans différents lieux de Québec, du 6 au 10 octobre

Au Cercle, vendredi 7 octobre à 20 h

Réveillons ! Et le Bal électro-trad

Renseignements : 418 647-1598,