La constellation Alaclair Ensemble

Alaclair Ensemble explore autant le rap que la chanson, le funk, la musique électronique et le soul.
Photo: Jerry Pigeon Alaclair Ensemble explore autant le rap que la chanson, le funk, la musique électronique et le soul.

Pour souligner la parution hier des Frères cueilleurs, quatrième album officiel d’Alaclair Ensemble, plongeons dans les confins de l’oeuvre, phénoménale, du collectif hip-hop québécois. La recension donne le tournis : en additionnant les projets parallèles solos et duos, les six membres d’Alaclair ont offert plus d’une cinquantaine de parutions — albums complets, mixtapes, beattapes et mini-albums — en moins d’une décennie, la plupart disponibles en téléchargement gratuit.

Le rappeur, chanteur et producteur KNLO, qui lancera le 21 octobre son album intitulé Long jeu, compte à lui seul dix beattapes (albums de rythmiques instrumentales) et cinq mini-albums. Maybe Watson, le premier rappeur du collectif à lancer un album solo (portant son nom, 2011), compte aussi un album de remixes et trois mini-albums. Claude Bégin a lancé deux albums de chanson pop — ou trois, si on compte l’étrange Touladis, disque compris dans le triptyque Musique bas-canadienne d’aujourd’hui (2011, complété par Le Roé c’est moé et Un PIOU PIOU, parmi tant d’autres). Le producteur Vlooper et les rappeurs Robert Nelson et Eman ont également enrichi la discographie du groupe.

Dit simplement, Alaclair Ensemble se révèle une véritable constellation de collaborateurs qui fourmillent d’idées musicales. Lesquelles, loin de n’aborder que le rap, touchent aussi à la chanson, au funk, à la musique électronique et au soul. Voici cinq parutions essentielles de cette discographie « post-rigodonne », pour reprendre l’expression chère à ces musiciens.

Bleu (KenLo Craqnuques, 2008) Paru avant même la naissance d’Alaclair Ensemble, l’album Bleu de KenLo (aujourd’hui dit KNLO) est le deuxième recueil d’instrumentaux du prolifique producteur et rappeur originaire de Québec. Par son travail de beatmaker, KenLo a non seulement établi le son, bigarré et coloré, d’Alaclair Ensemble, mais il a aussi jeté les bases de toute une scène musicale québécoise, toute une génération de créateurs de rythmiques hip-hop/électroniques qui se sont inspirés de sa démarche. Dès les premiers chapitres de cette série intitulée « Craqnuques », KenLo a attiré l’attention des aficionados du beat partout dans le monde, puisque ses albums étaient distribués gratuitement. Aujourd’hui, les Kaytranada, Shash’u et autres High Klassified qui trouvent le succès hors du Québec se réclament tous du style KenLo.
Écoutez 30_fumeuse

4,99 (Alaclair Ensemble, 2010) Le premier disque, la fondation du succès d’Alaclair Ensemble qui, en 2010, innovait sur la scène hip-hop québécoise de deux manières. D’abord, en offrant son album en téléchargement gratuit ; ensuite, en décoinçant la scène rap comme peu l’avaient fait auparavant, retirant les ornières qui pouvaient freiner l’évolution musicale de cette musique au Québec, jouant avec les codes du genre comme avec la langue employée pour exprimer les idées, mêlant les références à l’histoire du rap à celles du Québec et de ses fondateurs. Fricassée musicale de haute voltige, l’album comporte certes les défauts de ses ambitions — c’est un joyeux fouillis musical ! —, mais le ton, les pointes d’humour et les authentiques grooves rendent l’ensemble intemporel. Six ans plus tard, l’album vient d’ailleurs d’être réédité en vinyle.
Écoutez Viande de chval

Les filles du roé (Robert Nelson & Kaytradamus, 2012) Après la sortie de 4,99, les six membres d’Alaclair Ensemble ont, à la manière du Wu-Tang Clan, commencé à se répandre, à étirer leurs tentacules, à explorer d’autres avenues musicales, hors de leur tribu. Robert Nelson, reconnaissable entre tous par son timbre nasillard et sa prosodie angulaire, a réquisitionné les services d’un tout jeune producteur alors surnommé Kaytradamus, aujourd’hui mieux connu à travers la planète sous le nom de Kaytranda. Tout le génie des structures rythmiques rap de Kaytranada transparaît sur cet album, où chaque chanson porte le nom d’une fille. Les ambiancesmusicales expérimentales tanguent vers la musique électronique, mais ne soyez pas dupes : Les filles du roé est un album de pur rap, finement articulé par le verbe unique de Robert Nelson.
Écoutez Yolande

DREAK (Maybe Watson, 2013) Maybe Watson, alias Produit Laitier, a récemment fait la paire avec son collègue Robert Nelson pour nous offrir le premier album de leur duo, Rednext Level. L’amalgame entre pop, rap et dance qui distingue Rednext Level des autres disques de la constellation Alaclair Ensemble trouve cependant racine dans les mini-albums de Maybe Watson, particulièrement sur DREAK — référence, dans le titre et sur la pochette, au rappeur torontois Drake. Watson, rappeur polyvalent, déploie sur cet EP (mieux encore que sur son album solo) toutes les facettes de son art : refrains chantés à la manière d’un crooner néo-R&B, rimes balancées de multiples manières, le tout servi par des productions très variées.
Écoutez Shorty avec Koriass

XXL (Eman X Vlooper, 2014) XXL est non seulement un des meilleurs albums de la discographie d’Alaclair Ensemble, ce fut également l’un des meilleurs disques de rap québécois de 2014. Eman, anciennement du duo Accrophone (avec Claude Bégin), est sans doute le rappeur à la personnalité la plus discrète du collectif. C’est surtout un redoutable MC qui, ici, fait la brillante démonstration de son art de la rime. Les rythmiques, absolument sublimes, sont signées Vlooper, réalisateur et architecte en chef du dernier album d’Alaclair. Ensemble, ils proposent un album rêvasseur, aux textes sans doute plus étudiés qu’il n’y paraît, tant ils semblent couler de source. On a ici affaire à un disque novateur et moderne dans lequel on prend plaisir à perdre la boussole.
Écoutez Back to Me avec MoDlee