Drawing Room, Helena Deland

Les chansons d’Helena Deland s’immiscent entre les chants des cigales au zénith de l’été. À la fois douces et complexifiées — par les arrangements de Jesse Mac Cormack —, les pièces du EP Drawing Room dessinent un paysage mystique aux abords des chemins de campagne. Journal intime récité tout haut par une voix en écho aux angoisses de l’âme, l’oeuvre est aussi brillamment illustrée par l’intrigante Lauranne Faubert-Guay. Dans la délicieuse Black Metal, on reconnaît les détours adoptés par les groupes les plus en vogue aux États-Unis. La vaporeuse Baby rappelle aussi les talentueuses Laura Marling ou Nina Nastasia. La Québécoise gagnerait-elle à s’exercer en français ? Peut-être que certains couplets déjà engageants y prendraient plus de singularité, douce guitare à l’appui. Qu’à cela ne tienne, les langues n’ont pas fini de se délier à propos de la belle Helena.


Helena Deland - Black Metal

Drawing Room

Pop folk

Helena Deland, Chivi Chivi