Israël: les manuscrits de Kafka resteront la propriété de la Bibliothèque nationale

Jérusalem — La Cour suprême d’Israël a décidé qu’un fonds de manuscrits de Franz Kafka resterait la propriété de la Bibliothèque nationale de l’État hébreu, mettant ainsi fin à une longue bataille, a-t-on annoncé lundi. La plus haute instance judiciaire israélienne a rejeté un appel des héritiers de Max Brod, ami de Franz Kafka et son exécuteur testamentaire. L’auteur du Procès, décédé en 1924, avait demandé à Max Brod de brûler ses manuscrits, mais ce dernier les avait conservés. Après l’invasion de la Tchécoslovaquie par l’Allemagne nazie en 1939, Max Brod avait immigré en Palestine, emportant avec lui ces manuscrits, dont certains écrits rares. À sa mort en 1968, il les avait légués à sa secrétaire, Esther Hoffe, lui demandant de donner à son tour ces archives, évaluées à plusieurs millions de dollars, à « l’Université hébraïque de Jérusalem, à la bibliothèque municipale de Tel-Aviv ou à une autre institution en Israël ou à l’étranger ». Mais la secrétaire, morte en 2007, a partagé la succession entre ses deux filles et la collection Brod est devenue l’enjeu de multiples disputes. En 2012, un tribunal avait ordonné que les archives soient transférées à la Bibliothèque nationale d’Israël.

À voir en vidéo