Céline Dion dans ses propres mots: «Tout’va être correct»

Céline Dion a parlé d'elle pendant plus de 90 minutes, tard dimanche soir.
Photo: Graham Hughes La Presse canadienne Céline Dion a parlé d'elle pendant plus de 90 minutes, tard dimanche soir.

Généreuse, comme à son habitude, Céline Dion a rencontré les nombreux médias présents pour la couverture de son retour triomphal chez elle. Après le spectacle, vers 23 h 45, la star a accepté de répondre aux questions des journalistes installés sur le parterre du Centre Bell. Et elle a livré sa vie pendant une heure et demie.

Elle est arrivée entourée de son nouveau gérant, Aldo Giampaolo, de Patrick Angélil, le fils de René, et de Francine Chaloult, son attachée de presse de toujours.

Première question, évidemment, on s’est enquis de la santé de la chanteuse.

« Je vais bien. Mes enfants vont bien, c’est la chose la plus importante. Je dois rester forte pour mes enfants, maintenant et pour plus tard. René m’a tout donné, des enfants magnifiques, par-dessus tout. Je pense que je gère bien la situation maintenant. »


Et le souvenir de René…

« Je l’aime trop pour le voir souffrir comme il a souffert. Mais il m’habite. Je le vois dans les yeux de mes enfants, tous les jours. On a nos rituels. Le soir, on dit bonne nuit à René, devant une photo. Il m’accompagne. Son départ s’est bien passé. Pas devant les enfants. Et je suis fière de moi d’avoir été capable de leur parler, pour qu’ils n’aient pas peur. »

Puis, elle a élaboré sur son retour chez elle.

« Tous les jours je suis dans un état différent. Je me suis demandé comment les gens d’ici réagiraient. Je suis fière quand je reviens ici. Je sens que les gens d’ici me soutiennent. Je suis surprise de ce qui s’est passé ce soir. Je n’avais pas prévu ça. Les gens ici ont une très bonne écoute. Mais ce soir, les gens ont chanté debout avec moi. Le public m’a émue. Je ne sais pas comment je vais dormir ce soir, c’est d’ailleurs pour me calmer que je me suis changée pour porter quelque chose de plus confortable, qui a un look de pyjama, pour me calmer un peu. Je suis encore sur le high du show. Je suis surexcitée d’être à la maison. »


Céline la mère... et la Québécoise

Céline la mère prend dorénavant une grande place. Elle s’anime lorsqu’elle parle de ses enfants. « C’est incroyable de voir mes enfants découvrir la nature du Québec [elle a loué une maison à Beloeil pour son séjour montréalais]. À Las Vegas, il fait beaucoup trop chaud l’été pour sortir. Ici, c’est frais, c’est vert. J’aime marcher pieds nus dans le gazon frais et doux. Mes enfants pêchent, chasse les grenouilles, ils cueillent des fleurs. Je vous dis que j’en ai des bouquets de pissenlits ! Ça me touche quand je les vois sortir en courant pour profiter de la nature… C’est sain, c’est des vitamines, c’est bon pour leur santé. Mon plus vieux a pêché des truites, c’est délicieux. Je profite pleinement de tout ça. Du soleil du Québec. De ma famille aussi, qui vient nous visiter. » Sa famille, c’est aussi ses racines, sa force. Elle y puise le courage de continuer, de persévérer.

Céline la fashionista

On connaît l’artiste travailleuse acharnée, on connaît la mère, mais qu’est-ce que la femme aime ? Que fait Céline pour se faire plaisir ? « Bon, vous connaissez tout de moi je pense. J’aime les enfants, j’aime les rires d’enfants, j’aime aussi le silence. J’aime les arbres. J’aime écouter ma mère. Des fois, elle peut me répéter trois fois la même chose mais ce n’est pas grave. Je me dis qu’un jour, je ne pourrai plus l’entendre, donc faut être patient avec nos aînés. J’aime prendre le thé. J’aime les bijoux, les petits, les gros. Et j’aime la mode !!! »

La star collabore désormais avec un nouveau styliste. En effet, après plusieurs années avec Annie Horth, elle travaille désormais avec Law Roach. « J’adore ça, j’aime sa vision. Il trippe sur la mode. Il me propose plein de kits. J’ai un ensemble pour la pêche, un ensemble pour la chasse aux grenouilles, pour cette conférence de presse. J’aime ça le voir s’exprimer quand il trouve quelque chose qu’il aime. »

Sa nouvelle image de fashionista la précède. En effet, les réseaux sociaux se sont enflammés pour ses sorties parisiennes où elle arborait de nouveaux looks. « Bon, je voulais vous dire, le fameux chandail en coton ouaté Titanic, il n’était pas trop grand. J’ai vu des commentaires sur les réseaux sociaux, mais il y en a qui n’ont rien compris. Je porte des choses que j’aime, ça me fait plaisir. »

On connaît la diva pour ses nombreux costumes de scène. Cette fois, il n’en est rien. « J’assume pleinement ma décision de ne pas me changer durant le spectacle. Je veux profiter du show et être avec mon public. »

Plaisir palpable

Elle était ravie de son premier spectacle en sol québécois. « Vous n’avez pas vu ma joie ce soir ? », lance-t-elle aux nombreux journalistes. « J’assume mes choix. Je fais ce métier parce que je l’aime. Je l’aimais au début de ma carrière, mais j’avais l’impression que j’avais toujours quelque chose à prouver. Maintenant, ce n’est plus comme ça. Et c’est maintenant que j’ai envie de le faire, ce métier. Par exemple, le fait que le voile de ma traîne soit écorché ce soir, en plein spectacle, sans changement de costume, ce n’était pas grave. Je suis moins nerveuse qu’avant. J’ai plus de bonheur. Je m’implique davantage dans toutes les décisions concernant ma carrière… Par exemple, quand j’ai dit que je voulais chanter Valse adieu, on m’a répondu : Voyons, tu ne vas pas sortir ça des boules à mite ! Mais moi, ça me tentait de la faire. Je me suis dit, ça passe ou ça casse. Et voilà, ça passe je crois », dit-elle en souriant, malgré l’heure tardive.

L’artiste a aussi voulu livrer un message de paix et d’amour en finissant son concert avec les chansons S’il suffisait d’aimer et Vole.

« Je crois que le message pour l’amour et contre la violence doit être important pour nous tous. Nous habitons cette Terre. Est-ce possible que depuis que je suis arrivée ici avec mes enfants, je me sens plus en sécurité ? Est-ce que c’est parce que je viens d’ici ?, s’interroge-t-elle. Il ne faut pas vivre dans la peur mais elle existe. On ne peut pas mentir à nos enfants. Il faut insister pour se regarder, se parler, se toucher, appeler nos parents. Il faut méditer, prier, je pense. »

Et puis quoi après?

Sur le tapis rouge avant le spectacle tant attendu, l’animateur Michel Jasmin prévoyait qu’un des prochains chapitres dans la carrière de Céline serait le cinéma. Questionnée sur cette éventualité, elle n’a pas fermé la porte. « Il n’y a rien de signé… Ça fait dix ans qu’on en parle. Mais j’ai l’impression que quand je vais être plus vieille, je vais faire une meilleure actrice. Pour l’instant, je suis bonne quand je chante. Je n’ai pas envie qu’on compare mes deux carrières : est-ce qu’elle est meilleure actrice que chanteuse ? Est-ce qu’elle est meilleure chanteuse qu’actrice ?… Finalement, je pense que je vais faire une bonne vieille actrice. »

À suivre donc, comme sa carrière qui vient de s’ouvrir sur un nouveau chapitre. Un chapitre sans la présence de René, mais avec sa phrase tant répétée qui la rassure : « Tout’va être correct Céline ».