Motel Bamako, Inna Modja

Ce troisième disque de l’ancienne protégée de Salif Keita trône sur le haut de la pile de disques depuis novembre dernier et, puisqu’elle s’amène au théâtre Fairmont ce vendredi pour les Nuits d’Afrique, c’est l’occasion de faire ressortir cette artiste malienne qui crée une musique originale et engagée, gorgée de langue anglaise, de soul, de hip-hop et d’électro-pop, mais aussi de bambara, d’une touche de blues du désert ou d’influences et d’instruments plus traditionnels. Elle sait se faire intime et lorsqu’elle rappe en bambara, on pense parfois à une prière ou même à une berceuse. Elle parle et elle chante aussi beaucoup sur son Mali contemporain, ses femmes devenues des cibles de guerre, le manque d’eau courante ou de travail. Elle se fait mondiale, dans ses textes comme dans sa musique, elle traite des naufragés de Lampedusa, elle donne aussi de l’espoir. Elle donne dans une nouvelle pop internationale de création et de haut niveau.


Inna Modja - Tombouctou

Motel Bamako

Afro soul-pop

Inna Modja, Warner