Un autre «off» est né

Le groupe TR/ST en concert au Cercle le 7 juillet dernier
Photo: Michaël Pineault / Facebook Le groupe TR/ST en concert au Cercle le 7 juillet dernier

Lundi soir, le DJ et producteur montréalais Kid Koala était en concert dans le quartier Saint-Roch, mais pas à l’affiche du Festival d’été de Québec. En effet, les mélomanes de la Capitale accueillent depuis jeudi dernier et jusqu’au 17 juillet l’événement gratuit Signaux de nuit, qui propose une alléchante affiche de concerts de fin de soirée au bar Cercle, partenaire traditionnel du FEQ faisant cavalier seul cette année.

« Ce fut d’abord une décision d’affaires », affirme Steve Guimond, directeur de la programmation du Cercle, lieu de diffusion de la rue Saint-Joseph devenu un incontournable de la vie nocturne de Québec depuis son ouverture, il y aura bientôt dix ans. L’automne dernier, les négociations autour du renouvellement de l’entente liant le Festival d’été de Québec et la salle de spectacles, reconnue pour sa programmation fertile en musiques électroniques et hip-hop, ont achoppé.

« Plusieurs facteurs entraient en jeu dans notre décision de ne pas poursuivre notre association, mais disons que l’offre nous semblait moins bonne, explique Guimond. On a mis quelques mois à réfléchir à ce qu’on voulait proposer, puisque cette période de l’été est quand même achalandée », d’autant que le Cercle se trouve juste au coeur d’un quartier animé par les concerts du FEQ, au Disctrict, à l’Impérial et à l’Anti. Le directeur assure toutefois conserver de bonnes relations avec l’équipe du vénérable festival.

Rendue possible grâce à une commandite d’une importante brasserie, l’idée est d’offrir des concerts gratuits dans « une programmation qui reflète l’historique du Cercle » : musiques émergentes, électroniques, rap, rock, du Québec et d’ailleurs au Canada. Tous les concerts débutent à 23 h, en même temps que les derniers de la journée programmés par le FEQ dans les salles avoisinantes.

Le Festival déçu

Louis Bellavance, directeur artistique du Festival d’été de Québec, ne cache pas sa déception de ne plus travailler avec le Cercle. « Disons que leur décision m’échappe. Je la trouve malhabile, et c’est dommage qu’on perde de notre synergie. À la base, on voulait justement élargir notre offre dans la Basse-Ville, par exemple en invitant la salle de l’Anti dans la programmation », une salle qui, comme le District voisin du Cercle, présente des découvertes et des artistes de la relève.

La bonne nouvelle pour tout le monde, reconnaît Bellavance, c’est que si l’offre de spectacles de fin de soirée s’enrichit, c’est parce qu’il y a aujourd’hui à Québec une masse critique de mélomanes prêts à emplir toutes les salles, celles réquisitionnées par le FEQ comme les indépendantes comme le Cercle. « C’est clair que tous les soirs la Basse-Ville est en feu, et ça, c’est le fun et rassurant. »

Tous les détails concernant la programmation de Signaux de nuit sont disponibles à l’adresse le-cercle.ca, mais permettez que l’on vous recommande trois concerts à ne pas manquer. D’abord, celui de mercredi, avec l’auteure, compositrice, productrice et interprète ontarienne Jessy Lanza, révélée en 2013 avec un premier disque de R&B futuriste paru sur le label britannique Hyperdub. Elle viendra présenter les excellentes chansons de son album Oh No, lancé en mai dernier. Samedi, le solide quatuor jazz torontois BadBadNotGood, qui incorpore hip-hop et musiques électroniques à ses improvisations, jouera le matériel du disque IV, paru la semaine dernière, et auquel Kaytranada a collaboré. Enfin, en clôture dimanche, le producteur hip-hop/électro montréalais High Klassified, étoile montante du beat instrumental.

 

Consultez tous nos textes sur le Festival d'été de Québec