Quelle aubaine!

Les Goules
Photo: Jay Kearney / Facebook Les Goules

Psst ! Petit tuyau que vous ne répéterez qu’à vos loyaux amis : le meilleur week-end de tout le Festival d’été de Québec est celui qui chevauche son petit frère rebelle, le Festival OFF de Québec. Car c’est lorsque les plaines d’Abraham et le Pigeonnier éteignent leurs amplis que ceux du complexe Méduse s’allument jusqu’au milieu de la nuit, diffusant les sonorités les plus excitantes en ville.

« On n’a pas la même approche », tranche Guillaume Sirois, directeur général du Festival OFF de Québec et guitariste et chanteur du groupe stoner rock Les Indiens, pour comparer son modeste festival au gigantesque officiel.

« On passe l’année à découvrir de nouveaux artistes, à écouter des démos et à voir des concerts. Notre équipe de programmation fait un travail de recherche vraiment exhaustif. On essaie de se positionner en amont pour montrer [les artistes] qui s’en viennent. Notre slogan y’a deux ans était : voir le futur pour dix piasses. »

Une aubaine

Combien ? C’est ça, oui, vous avez bien lu : dix dollars. C’est ce que coûte le laissez-passer pour tous les concerts du festival qui débute aujourd’hui et se terminera aux petites heures de la nuit samedi. Les billets individuels pour les concerts au complexe Méduse sont à cinq dollars ; tous les autres spectacles, au Fou-Bar, à la Ninkasi, au Sacrilège et sur le parvis de l’église Saint-Jean-Baptiste, sont gratuits. Y’en aura une quarantaine en tout, ceux de Mentana, Essaie Pas, Les Goules (en clôture du OFF, à ne pas manquer !), Sarah Toussaint-Léveillée, Paul Cargnello et Fuudge, pour ne nommer qu’eux.

C’est clair, la petite organisation du Festival OFF de Québec nous fait une offre impossible à refuser : une quarantaine d’artistes et de groupes de la relève, près de la moitié issus de la scène underground de la Vieille Capitale, réunis dans une programmation s’étalant sur quatre jours. À ce prix-là, c’est presque du vol.

« On est six à travailler là-dessus à l’année, mais à temps partiel », explique Guillaume, qui enseigne à L’Ampli, ce lieu de création et de formation destiné aux artistes de la relève. Son budget de production tourne autour des 140 000 $, en bonne partie assumés par les appuis financiers et des commandites.

Miser sur la curiosité

« Nous, on prend le pari d’inviter les gens à la curiosité et à la découverte, et je crois que ce n’est pas quelque chose qui est encouragé par les temps qui courent », avance le directeur général, qui justifie ainsi le prix d’aubaine des laissez-passer du OFF. « Si on chargeait plus cher, je pense que ce serait difficile d’inviter les gens à courir ce risque avec nous. On mise sur l’accessibilité. On mise aussi sur l’expérience : on fait le meilleur party en ville, donc c’est moins sur les revenus de billetterie que sur ceux tirés de la vente de bières qu’on boucle notre budget ! »

Quel genre de relation entretient le OFF avec la toute-puissante organisation du Festival d’été de Québec ? « Je dirais une indifférence polie ? C’est sûr qu’au fil des ans, le OFF a poussé le Festival à se repositionner dans ses choix de programmation. Ils donnent aujourd’hui plus de place à la relève et aux pratiques émergentes à cause du OFF, pour moi ça ne fait aucun doute, et il faut leur donner le crédit pour ça. Cette plus grande place offerte aux artistes locaux n’existait pas lorsque le OFF a été créé, il y a 13 ans. Souviens-toi, c’était l’année ou la famille Dion jouait sur les Plaines — sans Céline, évidemment… »

Créé en réaction à ce que Sirois appelle une certaine complaisance de la part du FEQ, le Festival OFF a, lui aussi, dû raffiner son offre lorsque le grand festival a ouvert ses scènes aux artistes émergents. Ainsi, depuis quelques années, le OFF propose une création en guise de spectacle d’ouverture. Un hommage à Steve Reich l’année dernière, Grand Corps Malade seul au piano en 2012, et cette année, un spectacle karaoké, avec le meilleur orchestre en ville et des invités-surprises.

« Tout un répertoire de chansons uniquement à propos de la ville de Québec, explique Sirois. On va fouiller loin dans notre histoire musicale pour mettre en valeur celle de notre ville. C’est une commande qu’on a passée à des musiciens d’ici, et ce sera un spectacle unique : manque-le pas parce que ça risque de ne plus jamais se reproduire ! »

Tous les détails à propos de la programmation du Festival OFF de Québec peuvent être consultés à l’adresse quebecoff.org.