Entouré tel que Serge ne le fut jamais (le même soir)

La version de «L’anamour», avec Fanny Bloom, était jouissive.
Photo: Annik MH de Carufel Le Devoir La version de «L’anamour», avec Fanny Bloom, était jouissive.

Nerveux, Stefie l’anxieux ? Question de se donner un peu d’assurance et l’attitude cool de circonstance, le cher Shock a annoncé la couleur dès le matin, sur Facebook : « Ma foi c’est ce soir, ça », a-t-il écrit au-dessus de l’affiche du spectacle Douze belles dans la peau — chansons de Gainsbourg. Eh oui, c’était ce lundi soir sur la grande scène extérieure des FrancoFolies de Montréal : la suite naturelle de son album de février, hommage au beau Serge avec douze chanteuses et comédiennes.

Sur sa page, il proposait une liste de tâches, et ça se lisait comme une chanson de Stefie Shock.

« Je dois :

Repasser ma chemise

Finir de peinturer mes maracas

Peigner mes cheveux

Dorloter les douze belles à l’affiche »


Ce ton-là. Badin et ironique, pour exorciser les démons, pour envoyer l’ombre de Gainsbourg se faire cuire un oeuf, à tout le moins pour une journée et un spectacle. Notez qu’il ne nommait pas les « douze belles » dans sa liste. Ça n’allait pas être les mêmes douze que sur l’album, forcément : elles ont les agendas qu’elles ont. C’était la même belle idée cependant, fameuse idée qui aurait certes plu à feu Gainsbourg : douze interprètes l’entourant le temps d’une soirée d’exception. Mazette ! Ça nous réservait donc des surprises. Et pas seulement dans la distribution.

Onze chansons de plus
C’est arrivé dès le début : plein de chansons qui ne sont pas sur le disque. J’en ai compté onze, à commencer par Ballade de Melody Nelson. « C’est la première fois et la dernière fois que ça va être fait », a dit Stefie, content, mais quand même pas totalement rassuré. Petite foule, temps frisquet, rien pour l’aider. Et puis Stéphanie Lapointe s’est amenée pour chanter Elisa et faire passer le choc à Shock. Ça sonnait bien. Une fois plongé dans la chanson, notre gaillard allait mieux. « Ça commence bien, hein, non ? », a demandé Stefie. Pascale Bussières est venue partager à l’unisson Requiem pour un con, et tout baignait. Version qui groovait pour vrai. Coolissime duo tout en noir, comme de raison.

« Ça va tout le monde ? », a encore demandé Stefie, décidément dur à la détente. La version de L’anamour, avec Fanny Bloom, était jouissive : notre homme a pu se secouer les maracas fraîchement peints, se lâcher un peu. Un peu de yéyé pour le plaisir ? Laisse tomber les filles, chantée par Justine Laberge, aurait pu se danser en jerk, pour peu que cette foule sache danser le jerk (est-il nécessaire de dire que ce spectacle ferait un tabac monstre en Europe et même au Japon ?). Parfaite relecture à gogo, c’est un fan de France Gall — l’interprète d’origine — qui vous le dit.

« On va crever l’abcès tout de suite », a lancé Stefie pour justifier les « 16 ans de comparaison » avec Gainsbourg, filiation finalement assumée. « J’ai appris il y a deux ans que je suis son fils illégitime… » Ce ton-là. Suivait La Javanaise, avec Gaële : ça s’est terminé par une petite valse entre les tourtereaux. Ford Mustang avec Susie McLelove, Initials BB avec Laurence Nerbonne, c’était rien que du bon, les interprètes idoines pour les morceaux cultes. Étaient-ce les chansons les plus connues de ce public ? Je ne sais pas. Elles étaient bien reçues, toutes. Parce que bien faites, toutes. Parce que supérieures chansons, toutes.

Ça s’est poursuivi comme ça. Pas de compromis : c’était une discothèque Gainsbourg sur scène, de quoi chauffer une foule, fut-elle frigorifiée. Comme un boomerang avec Anne-Élisabeth Bossé ? On était dans le répertoire pointu, et pourquoi pas ? Pareil pour Dépression au-dessus du jardin, servie puissamment par Sophie Beaudet. Viendraient les imparables. Et elles sont venues. Bonnie and Clyde avec Sonia Cordeau (couchée à côté de Stefie sur le plancher de scène), Harley-Davidson avec Caroline Dhavernas, jusqu’à Poupée de cire, poupée de son, donnée par Valérie Carpentier : c’était vraiment le spectacle rêvé des fans finis de Gainsbourg-le-fournisseur-des-belles.

Bien sûr que dans un Métropolis plein à craquer, on aurait exulté autrement. Mais sous ce ciel incertain qui n’était vraiment pas le soleil exactement, c’était un spectacle épatant, et c’était rien de moins pour Stefie que le grand fantasme exaucé de toute une vie.