Manifeste contre la peur, Violett Pi

C’est toujours une aventure que de plonger dans une oeuvre de Violett Pi, de son vrai nom Karl Gagnon. Ce Manifeste contre la peur, deuxième album complet du polyvalent créateur, ne fait pas exception. Ça commence et ça se termine avec du clavecin — quand même joué par Jean-Willy Kunz — et entre les deux c’est une grande plongée dans des eaux noires et tourmentées. Il faut lire tous les textes pour saisir la détresse de ses personnages. Les coeurs sont abîmés, la chaire est triturée, littéralement. Une réalité dure, pesante, mais peu fréquentée en musique au Québec. Musicalement, Violett Pi est moins dans l’électronique que sur son précédent disque, et des voix de femme « adoucissent » son rock hétéroclite. On entend beaucoup de références, de Linkin Park (Héroïne) à Nirvana (Singe de ville), en passant par Red Hot Chili Peppers (Les huîtres de Julie Payette). Le disque reste manifestement un pas en avant. En concert aux FrancoFolies, dimanche à 23 heures.


Violett Pi - Les huîtres de Julie Payette

Manifeste contre la peur

Rock

Violett Pi, L-Abe