Musique classique - James Conlon n'ira pas à l'OSM

Les rumeurs vont bon train ces derniers temps au sujet de la succession de Charles Dutoit à l'OSM. On rappellera que la direction de l'OSM a promis une annonce (un nom?, quelque chose?, une intention?) courant mars. Il est normal que les esprits s'échauffent et que la machine à affabulations s'emballe, d'autant que la direction de l'orchestre prend un malin plaisir à ne pas éteindre le brasier. Dernière «victime» en date, après tant d'autres, James Conlon, actuel conseiller musical et chef d'orchestre permanent de l'Opéra de Paris, qui prendra les rênes du Festival de Ravinia en 2005. En effet, c'est James Conlon qui dirigera l'OSM à Carnegie Hall en octobre prochain. Cela a suffi à allumer la mèche, d'autant plus que Charles Dutoit y a mis son grain de sel en déclarant à La Presse (mardi 10 février): «L'affaire est à suivre. Quand la direction de Carnegie invite un orchestre étranger, elle insiste pour que cet orchestre soit dirigé par son titulaire. Ce n'est pas une affaire de box-office, c'est une tradition.»

Joint à Milan, où il dirige Une tragédie florentine de Zemlinsky et Gianni Schichi de Puccini à la Scala, entre deux répétitions d'Otello de Verdi à Paris, James Conlon est clair et serein, même si on le sent un brin irrité: «J'ai connaissance depuis quelques heures seulement de cet article de journal qui tire des conclusions à partir du fait que je dirige ce concert à Carnegie Hall.» James Conlon martèle ensuite ses phrases: «Je peux vous affirmer que je viens diriger l'OSM en septembre-octobre 2004 pour deux concerts à Montréal et un à New York. Je vous affirme que je suis très heureux, après 20 ans, de venir diriger à nouveau ce merveilleux orchestre. Je vous affirme qu'aucun responsable de l'orchestre n'a jamais parlé avec moi et que je n'ai jamais parlé à personne au sujet du poste de directeur musical de l'Orchestre symphonique de Montréal. L'histoire commence et finit là, avec deux concerts à Montréal et un à New York.»

James Conlon dément de la même manière toute possible configuration qui l'amènerait à devenir, par exemple, premier chef invité: «Je vous le répète, je n'ai jamais eu de conversation avec un responsable à Montréal.» Après Kreisberg (Le Devoir du 13 novembre), Plasson (Le Devoir du 29 novembre 2003) et Conlon, les démentis sont plus faciles à recueillir que les informations solides!