La mort de Prince reste inexpliquée

Une admiratrice se recueuille à la mémoire de Prince à Minneapolis.
Photo: Mark Ralson Agence France-Presse Une admiratrice se recueuille à la mémoire de Prince à Minneapolis.

Une trentaine d’heures après l’annonce de son décès brutal à 57 ans qui a choqué la planète, les causes de la mort de Prince restaient inexpliquées : aucun signe de suicide, ni de traumatisme n’a été relevé par la police.

« Nous n’avons aucune raison de croire à l’heure actuelle qu’il s’agit d’un suicide, le reste entre dans le cadre de l’enquête », a souligné Jim Olson, shérif du comté de Carver, interrogé sur l’éventualité d’un crime lors d’une conférence de presse vendredi.

Il a ajouté qu’il n’y avait également « aucun signe de traumatisme ».

La porte-parole du bureau du médecin légiste Martha Weaver a de son côté indiqué qu’« il n’y a aucune indication à ce stade » d’une overdose.

La mort du génie de la pop est entourée de rumeurs sur un possible abus de médicaments opiacés.

Mme Weaver a fait savoir que le corps du chanteur avait été remis à ses proches, à l’issue d’une autopsie d’environ quatre heures dont les résultats devraient être connus dans plusieurs jours, voire plusieurs semaines.

Ce sont des employés de Prince qui ont alerté la police jeudi matin, quand ils n’ont pas réussi à le joindre, avant de retrouver son corps.

Le shérif a encore précisé que le musicien avait été déposé la veille à 20 h locales, à Paisley Park, un gigantesque complexe où il avait notamment son studio d’enregistrement.

Ses admirateurs affluaient encore en nombre devant cette propriété située près de sa Minneapolis natale, dans le nord des États-Unis, pour y déposer fleurs, messages et bougies.

Dans une ambiance recueillie, familles et amis pour beaucoup vêtus de pourpre, la couleur fétiche de l’artiste aux multiples talents, évoquaient leur peine, certains déplorant les rumeurs entourant sa mort.

C’est derrière ces grilles, dans l’ascenseur de sa propriété aux façades austères qu’il a été retrouvé inconscient avant d’y être prononcé mort jeudi.

Toutes les informations relevant du « passé médical et social » de Prince Rogers Nelson seront prises en compte, ont assuré les services de médecine légale de la région.

Selon le site d’information sur les célébrités TMZ, qui avait le premier annoncé la mort de Prince, le chanteur aurait, six jours avant son décès, fait une overdose d’un médicament antidouleur très puissant, le Percocet, à base d’oxycodone, un opiacé.

Selon ce site américain, l’avion privé de Prince avait opéré un atterrissage d’urgence le 15 avril à Moline dans l’Illinois quelques heures après un concert. D’abord traité sur le tarmac de l’aéroport, Prince aurait été brièvement hospitalisé avant de partir en dépit des recommandations des médecins.