Valérie Milot, Orbis. Oeuvres de Marjan Mozetich, Steve Reich, John Cage, Antoine Bareil, Gentle Giant, Frank Zappa

La harpiste Valérie Milot tente, avec son conjoint, le violoniste Antoine Bareil, ici compositeur d’une pièce et arrangeur de deux autres, de renouveler le répertoire de la harpe. Le disque débute et s’achève avec une prouesse. En plage 1, El Dorado, une oeuvre d’une parfaite efficacité, du compositeur minimaliste canadien Marjan Mozetich, un « grand » qui mérite une place bien plus éminente. En plage finale, une transcription de G-Spot Tornado de Zappa, présence stupéfiante quand on connaît la férocité du Zappa estate en ce qui concerne les spartiates autorisations d’adaptation de ses oeuvres. Ces trois minutes déjantées mettent plus en évidence la flûte que la harpe. Le reste est varié. Electric Counterpoint de Reich m’est un supplice totalement insupportable ; In a landscape de Cage et Castille 1382 (avec voix) de Bareil apportent une sorte de sérénité, avant le rock « baba-folk » de Gentle Giant.


Valerie Milot joue El Dorado de Marjan Mozetich

Valérie Milot

Classique

Orbis. Oeuvres de Marjan Mozetich, Steve Reich, John Cage, Antoine Bareil, Gentle Giant, Frank Zappa. Analekta AN 2980.