Mahler: Symphonie n° 1, «Titan», Orchestre symphonique de la Radio bavaroise

Immense honneur pour le chef québécois Yannick Nézet-Séguin, qui voit édité ici par la Radio bavaroise un concert qu’il dirigea en chef invité à la tête du plus discret parmi les meilleurs orchestres du monde. À l’écoute de cette 1re Symphonie, on entend tout d’abord une prise de son extraordinaire qui restitue une image sonore d’un grand naturel, avec une définition des graves (cf. la grosse caisse) comme on en entend rarement. D’ailleurs, les timbres — glorieux cornistes ! — sont d’une beauté transcendante. La vision artistique de Yannick Nézet-Séguin est empreinte d’une grande nostalgie, dont témoignent notamment le 3e mouvement et les épisodes calmes du Finale. Ce faisant, il semble diriger une Titan sous le prisme des oeuvres ultérieures (4e et 5e Symphonie) plutôt qu’une oeuvre éruptive. Dans ce dernier esprit, on a rarement fait mieux que la version analogique de Georg Solti. Mais le présent regard est intéressant.



Yannick Nezet Seguin dirige la Symphonie Titan de Mahler

Yannick Nézet-Séguin

CLASSIQUE

Mahler : Symphonie n° 1, « Titan ». Orchestre symphonique de la Radio bavaroise. BR Klassik 900 143.