God Don’t Never Change: The Songs of Blind Willie Johnson, Artistes divers

Il n’a pas rencontré le diable à la croisée des chemins, tel Robert Johnson, mais le gospel que prêchait Blind Willie Johnson dans les années 1920 avait le blues dangereux dans la guitare et le phrasé : glissandos terrifiants, grogne dans le timbre puissamment fervent ! Comment lui rendre hommage sans le trahir ? On n’a point lésiné, ce sont les grands écorchés vifs de la musique de racines qui ont été investis de la mission : à Tom Waits le gigantesque John the Revelator, à Lucinda Williams le repentir d’It’s Nobody’s Fault But Mine, à Rickie Lee Jones la plainte de Dark Was the Night — Cold Was The Ground, etc. Réinventer le corpus de 1927-1930 ? Rien à réinventer, tout à vociférer. Sinéad O’Connor sidère. Possédée, l’Irlandaise mène Trouble Will Soon Be Over dans les flammes de l’enfer et s’en sort. Oui, le Révérend est révéré, jusque dans le livret, véritable essai, mais c’est dans l’intensité des interprètes qu’il exulte.



John The Revelator - Tom Waits

God Don’t Never Change

Gospel blues

The Songs of Blind Willie Johnson Artistes divers Alligator Records