De Rammstein à Julien Clerc

Rammstein au Festival d'été de Québec, en 2010
Photo: Yan Doublet Le Devoir Rammstein au Festival d'été de Québec, en 2010

Le Festival d’été de Québec (FEQ) dévoile en 2016 une programmation plus éclectique que jamais incluant autant des têtes d’affiche du rap comme Ice Cube, du métal (Rammstein) du country (Brad Paisley) que de la pop française (Julien Clerc).

En conférence de presse, Daniel Gélinas a souligné que le Festival avait l’avantage d’avoir un nom neutre qui lui permettait de faire dans le « multigenre ». Et comment !

Le programme inclut cette année Brian Ferry, Selena Gomez, Duran Duran, The Cult, Coeur de pirate, The Lumineers, City and Colour, Rammstein, Fred Pellerin, Ice Cube, Brad Paisley, The Decemberists, Julien Clerc, Sheryl Crow, Louis-Jean Cormier, Karim Ouellet, Tallest Man on Earth et Dumas.

On savait déjà que Red Hot Chili Peppers (RHCP) était du nombre et que Peter Gabriel et Sting y présenteraient leur nouveau concert commun en ouverture, le 7 juillet. Leur tournée mondiale Rock Paper Scissors, qui se décline dans une vingtaine de villes, s’arrêtera aussi à Montréal le 5 juillet. Quant à RHCP, il ne donne qu’un autre spectacle au Canada cet été. C’est au Bluesfest d’Ottawa la veille.

D’ailleurs,?plusieurs?des têtes d’affiche du FEQ se produiront aussi au Bluesfest, mais pas à Montréal. C’est le cas de Duran Duran, City and Colour, Half Moon Run, Brad Paisley, The Cult, the Lumineers, Tallest Man on Earth et Brian Ferry.

À quelques exceptions près, le Festival verse moins dans la nostalgie cette année, surtout pour ce qui est du vieux rock et du métal. Le vieux hip-hop par contre ne sera pas en reste avec Ice Cube. On souligne toutefois que sa venue se fait dans la foulée du populaire film Straight Outta Compton (2015), qui raconte les origines du gangsta rap et de son groupe NWA.

À cet égard, le directeur de la programmation, Louis Bellavance a souligné que le style hip-hop permettait à l’évènement de cumuler les succès de foule et qu’il avait bien l’intention d’en donner encore plus dans les années à venir.

Entre Leclerc et Cash

Côté folk et americana, les prises sont plus rares, mais incluent Tire le coyote, The Decemberists et Archer, un « coup de coeur absolu » qualifié « d’hybride entre Félix Lerclerc?et?Johnny?Cash »?par M. Bellavance.

Le Festival renoue également avec les spectacles « carte blanche », qu’il confie cette année à Coeur de Pirate et Fred Pellerin. Le directeur de la programmation a souligné que ces concerts allaient « au-delà de ce qu’on connaît » des artistes. Dans le cas de Pellerin, qu’on a jumelé avec Julien Clerc, l’offre est d’autant plus invitante qu’il s’agira de son dernier concert en tant que chanteur avant longtemps, puisqu’il amorce une nouvelle tournée de contes.

Bonne nouvelle cette année : le Festival crée une nouvelle scène consacrée à la musique émergente face à l’Assemblée nationale.?L’horaire?a?été pensé de telle sorte que les gens pourront aller prêter l’oreille à ces groupes moins connus avant le début des grands concerts des Plaines, entre 17 h et 20 h. L’offre inclut Safia Nolin de Québec, mais aussi le groupe texan Mother Falcon, dont on dit beaucoup de bien, et les Wanton Bishops, sortes de « Black Keys libanais », au dire de M. Bellavance.

Autre ajout : le Festival jumelle davantage d’artistes francophones et anglophones sur la scène du parc de la Francophonie (Peter Bjorn and John et Louis-Jean Cormier notamment). Cette scène accueillera par ailleurs de plus grosses têtes d’affiche cette année, comme Half Moon Run et Éric Lapointe, grâce à l’agrandissement du site, qui pourra recevoir jusqu’à 10 000 personnes.

Du côté de la programmation intérieure, on aura le choix entre l’Impérial, l’ancien Petit Impérial (le District) et l’Anti, mais il n’y aura pas de concerts au Cercle.

À Québec, on estime qu’une personne sur trois participe au Festival d’été. L’évènement, qui se tient pour la 48e fois cette année, accueillera un total de 225 artistes.