Douces mélodies pour petits mélomanes

Marie-Annick Lépine avoue avoir travaillé très fort sur les textes de son album qui s’adresse aux enfants, mais « pas seulement ».
Photo: Annik MH de Carufel Le Devoir Marie-Annick Lépine avoue avoir travaillé très fort sur les textes de son album qui s’adresse aux enfants, mais « pas seulement ».

En tournée avec les Cowboys fringants, Marie-Annick Lépine lance un deuxième projet solo, J’ai brodé mon coeur, un album jeunesse intimiste aux sonorités caressantes, idéal pour apaiser les enfants et les jeunes parents.

En 2007, sur son premier album solo, Au bout du rang, Marie-Annick Lépine reprenait dans la chanson Dans ma cour des paroles de La nuit court après le jour de Passe-Partout. À cette époque, elle était loin de se douter qu’elle allait devenir mère et qu’elle créerait à temps perdu un album jeunesse. En fait, ce qui lui avait inspiré cet emprunt, c’était l’album de Manu Chao, Sibérie m’était contéee (sic), qui y reprenait Au clair de la lune pour rendre hommage à son regretté ami Helno des Négresses vertes.

« Pour moi, c’est l’un des meilleurs albums que j’ai entendus dans ma vie, toutes catégories confondues », confie Marie-Annick Lépine. « J’ai commencé à composer la chanson J’ai brodé mon coeur enceintede ma première fille. À sa naissance, je me suis rendu compte que je ne connaissais pas tant de berceuses ni de chansons pour enfants en dehors des classiques comme Le petit navire ou des chansons de Passe-Partout. C’est un peu de ce désir-là, de vouloir chanter de nouvelles chansons à ma fille, qu’est venue l’idée de l’album jeunesse. »

À l’exception d’Il neige sur la mer et Le chat et le soleil, d’après des poèmes de l’auteur belge Maurice Carême, qu’elle a découverts grâce à son frère, les textes de J’ai brodé mon coeur ont été écrits par Marie-Annick Lépine. Si la plupart des chansons évoquent le conte ou la fable, Ma jolie blonde et Petite souris s’avèrent de touchantes lettres d’amour d’une mère à ses fillettes.

« J’ai travaillé fort pour les textes, je dois l’avouer. Je fais quand même partie des Cowboys fringants où Jean-François Pauzé écrit la plupart des paroles ; pour nous, le texte a toujours fait partie de la chanson à 90 %. Si tu es dans une école de musique pendant 20 ans qui te dit que le texte est la priorité, tu ne peux pas faire un album où tu retires le texte. Quoique je pourrais bien faire un album instrumental un jour ! », lance-t-elle en riant.

Une histoire de famille

Allant de la berceuse tonique à la valse mélancolique en passant par le doux rigodon, J’ai brodé mon coeur n’est pas sans rappeler, par son atmosphère feutrée et intimiste et ses arrangements folk contemporain, Au bout du rang.

« Sans le vouloir, j’ai peut-être un son qui est à moi parce que ce n’était pas voulu d’être dans la continuité du premier album — que je n’ai pas vraiment réécouté depuis sa sortie en 2007 ! », révèle celle qui a composé la plupart des mélodies au piano et quelques-unes à la guitare. « Les textes ne sont pas seulement pour les enfants. Il y a des chansons imagées qui sont voulues pour les enfants et c’est à cause de ces chansons-là qu’on ne peut pas dire que c’est un album qui est dans la continuité du premier. »

« Sur le disque, il y a plusieurs chansons qui se chantent très bien a cappella le soir à son enfant. Je les ai composées un peu en berçant ma fille aînée. Le disque peut s’écouter pour apaiser les enfants, pas seulement à l’heure du dodo, mais à n’importe quel moment dans la journée », explique la musicienne, qui a aussi conçu la pochette.

Alors que son amoureux, Karl Tremblay, chante sur Ourse noire, ours blanc et Albert la plume, sa cousine Stéphanie Lépine l’accompagne au violon sur Le chat et la lune et son cousin Nicolas Burgess au piano sur Il neige sur la mer. Daniel Lacoste, Catherine Durant et Gaële sont aussi de la partie.

« C’est très familial ! C’est un album qui parle de la vie. Comme parent, tu veux donner de bons outils à tes enfants. Je ne pense pas qu’il faut mettre ça trop rose, ni trop noir. Je finis le disque avec Petite souris, sans doute la chanson qui m’a pris le plus de temps à écrire ; les deux dernières phrases sont “Quand tu souris/Je suis un géant”. Je pense que ça résume cet album-là : au final, ce qu’on veut, c’est les voir heureux », conclut Marie-Annick Lépine, qui rêve d’écrire une pièce de théâtre à partir de J’ai brodé mon coeur.

Album mis en vente le 11 mars