Hold On!, The James Hunter Six

Dix titres. Trente minutes, quarante et une secondes. Ça suffit pour célébrer les retrouvailles avec James Hunter, ce phénoménal chanteur-guitariste britannique, sorte de Van Morrison, Sam Cooke et Georgie Fame en un seul irréductible soulman : People Gonna Talk l’avait révélé en 2006, il était un peu disparu de notre radar depuis, le revoilà en groupe avec son James Hunter Six, et on comprend : il a trouvé un label et son combo de rêve. Guitares qui font tchac, cuivres qui soufflent sec, orgue à vous foutre en syncope, rythmes d’orchestre de danse — cha-cha-cha, rhumba, bossa —, tout est là pour que l’on claque des doigts et que surgisse la joie. Oui, ce sont toutes des chansons à lui, qui existent à la fois en 1964 et en 2016, et ce n’est pas un miracle : plutôt une intention manifeste. On est au coeur même d’un moment d’éternité, où le rhythm’n’blues devient soul, au confluent du populaire et du sacré, exactement là où l’on a besoin d’être pour s’élever en exultant. La meilleure place.

Hold On !

Soul

The James Hunter Six, Daptone