Bach enthousiaste

Il n’y avait pas photo : l’expérience des trois cantates de l’Oratorio de Noël par I Musici surpassait de manière assez évidente le concert de l’Orchestre symphonique de Montréal, donné quelques jours auparavant (dans les Cantates I, II, V, et VI), et ce, dès le fameux choeur d’entrée, bondissant et très articulé, avec une lisibilité hors pair dans la circulation des motifs thématiques et une articulation exemplaire du choeur.

On se dirigeait alors vers un concert hautement mémorable. Ce ne sera pas tout à fait le cas, même si l’expérience laisse une empreinte plus forte que celle, évanescente, glanée à la Maison symphonique. Il est vrai qu’après tant d’éloquence, les Cantates II et III ont laissé paraître au choeur un manque de compréhension du ressort des consonnes dans la langue allemande. Dans le cadre d’une intégrale des cantates (et par ailleurs), les choeurs de Montréal ont vraiment besoin d’un coach germanique. La musique de Bach porte la parole, et le message de celle-ci prime.

Progrès constants

Jean-Marie Zeitouni et I Musici ont montré une nouvelle fois leurs progrès constants. La petitesse de la scène de la salle Bourgie empêchait de mettre les bois plus en avant. Flûtes et trompettes ont été très sûres et les balances instruments voix très justes.

Pour ce qui est des solistes, Frédéric Antoun a une voix plus corsée que l’évangéliste de l’OSM. Son éloquence est très grande, même si la langue est bien plus apprise qu’innée. Le timbre est très adapté aux solos et la narration s’effectue avec une mâle assurance.

Le parfait choix de Mireille Lebel illustre l’évidence absolue d’une mezzo face à un contreténor dans cette oeuvre. La seule chose que Robin Blaze (concert OSM) avait d’unique était l’entrée en mimétisme de couleurs avec les instruments de l’air « Schlafe mein Liebster » de la 2e Cantate.

Kimy McLaren avait peu de choses à faire, mais au moins elle ne les a pas faites en se prenant pour Médée, comme la soprano de l’OSM. Reste le Texan Steven Labrie, grosse voix un peu couverte et diction plutôt pâteuse, le seul élément moins disant, comparé à Gordon Bintner trois jours auparavant.

Vivement 2016 pour les Cantates IV à VI.

Intégrale des Cantates de Bach

Oratorio de Noël : Cantates I à III. Kimy McLaren (soprano), Mireille Lebel (mezzo), Frédéric Antoun (ténor), Steven Labrie (baryton), Choeur du Studio de musique ancienne de Montréal, I Musici de Montréal, Jean-Marie Zeitouni. Salle Bourgie, samedi 19 décembre 2015.