Tadoussac et Petite-Vallée travailleront de concert

Le groupe Avec pas d'casque lors du Festival de la musique de Tadoussac en 2013
Photo: Marc Loiselle Le groupe Avec pas d'casque lors du Festival de la musique de Tadoussac en 2013

Tous deux aux prises avec des difficultés financières possiblement fatales, les festivals musicaux de Tadoussac, sur la Côte-Nord, et de Petite-Vallée, en Gaspésie, ont décidé de travailler de concert pour améliorer leurs chances de rester en vie. Entre autres mesures, les deux événements harmoniseront leurs dates pour se rendre plus intéressants aux yeux des touristes mélomanes d’ici et surtout d’ailleurs.

Le Festival en chanson de Petite-Vallée et le Festival de la chanson de Tadoussac partagent le même rapport à la musique et au territoire, les deux événements étant installés dans de petits villages sur les rives du Saint-Laurent. Ensemble, ont-ils annoncé mardi par voie de communiqué, ils veulent créer une « destination chanson-fleuve » afin de « faciliter l’accueil d’artistes, de professionnels et surtout de visiteurs étrangers ».

Un séjour, deux festivals

Concrètement, le Festival de la chanson de Tadoussac se déroulerait à partir de 2017 quelques semaines plus tard qu’à son habitude, passant de la mi-juin au début juillet, rejoignant ainsi Petite-Vallée dans le calendrier culturel québécois. Les touristes et les artistes pourraient ainsi participer aux deux événements musicaux lors d’un seul séjour dans la province.

Pour ce faire, Petite-Vallée modifiera d’ailleurs sa programmation, en concentrant les activités autour de son artiste passeur dans sa première fin de semaine afin de libérer sa grille pour une certaine programmation commune avec Tadoussac.

Difficile pour les petits

Cet été, le directeur de Petite-Vallée, Alan Côté, avait confié au Devoir sa crainte de voir son événement s’éteindre en raison d’un déficit accumulé de 275 000 $ sur un budget d’environ 1,5 million.

Le constat avait été le même pour Charles Breton, de Tadoussac, qui avait lancé après sa 32e édition que « les petits festivals en région sont une espèce en voie de disparition ». L’organisation avait lancé un « club de soutien » à travers lequel les festivaliers pouvaient signifier leur attachement au festival.