L’énergie d’Yves Lambert, la magie de Socalled

Yves Lambert a participé au dernier disque de Socalled, le temps d’une pièce. Mais entre eux, «avant tout, c’est de l’amitié », dit l’homme au chapeau.
Photo: Alain Lefort Yves Lambert a participé au dernier disque de Socalled, le temps d’une pièce. Mais entre eux, «avant tout, c’est de l’amitié », dit l’homme au chapeau.

C’est le retour du maître de danse national : après un disque épuré en trio, Yves Lambert retombe dans le gros swing et se lance à la découverte de nouvelles sonos avec Socalled, le sorcier des urbanités métissées, qui réalise le disque Lambert dans ses bottines. On reconnaît toutes les chansons, mais c’est comme si Bébert n’avait jamais quitté l’esprit du big band, en lui insufflant toutefois de l’électro, du Motown et un peu de rap. Mais cela, c’est la magie de Socalled.

« Honnêtement, avant ce projet, je ne connaissais pas beaucoup la musique trad québécoise », reconnaît-il. « Mais je joue les musiques traditionnelles de ma culture, celle de l’Europe de l’Est et le klezmer, entre guillemets. Je trouve maintenant beaucoup de liens avec le trad québécois. C’est la même musique de fête. C’est aussi une musique pour faire sortir de la vie un peu banale et des souffrances de la vie. En plus, on a les mêmes contenus lyriques dans les deux cultures. On a beaucoup en commun. »

Pourquoi avoir choisi Socalled à la réalisation du disque ? « Avant tout, c’est de l’amitié », répond l’homme au chapeau. « J’ai travaillé avec lui dans sa comédie musicale The Season et dans la pièce Bootycaller de son album Peoplewatching. J’ai travaillé avec pas mal de musiciens depuis quarante ans et, sans rien enlever aux autres, je n’ai jamais rencontré un musicien comme Socalled, un musicien aussi inventif, quelqu’un qui peut m’apporter une modernité comme ça. »

Dès le début, Socalled se lance dans l’électro et annonce une nouvelle version de la Ziguezon. Les cordes apparaissent, la basse devient funky, on swing fort, Bébert s’amuse avec la bottine-tine-tine et le rigolet ah ah, puis se met à turluter. On se croirait presque au Spectrum, il y a un quart de siècle, sauf que la basse est funky et que les cuivres deviennent très Motown. La pièce est mise en son par Fred Wesley, l’arrangeur de… James Brown.

« Il ne connaissait pas du tout cette musique, mais il était prêt pour l’aventure », raconte Socalled, qui a rêvé le disque en écoutant une partie de la collection de vinyles de Lambert pour la réalisation de l’album : « Les éléments qui m’ont le plus touché de cette tradition sont les rythmiques qu’ils font avec les pieds, la guimbarde et le turlutage. Faire le disque, c’était l’fun, mais un peu épeurant, parce qu’on ne savait pas ce que ça donnerait, mais j’ai toujours eu confiance, parce que Yves est un grand chanteur. »

Tout au long du disque, les mondes des deux complices se marient. Le Yves Lambert Trio est présent, l’équipe de Socalled aussi, avec les cuivres et autres cordes. Mélisande y chante, tout comme Kathie Moore. Socalled brouille les pistes avec son clavier, insère le son Motown, rappe dans une pièce. On respire un peu, on chante à répondre, on libère les basses fréquences sur un reggae, on habille une pièce de Philippe Bruneau d’un cymbalum roumain et de l’accordéon de Sergiu Popa, puis on termine avec un pot-pourri aux couleurs multiples et cet a capella en hommage à la Poune. Une autre surprise : ce coup de batterie auquel monsieur Lambert ne nous avait pas habitués.

« Quand j’ai écouté le mix final, je me suis dit : “Me v’là rendu avec un big band” », dit-il. « Ce n’est pas un disque pour les puristes, et c’est tant mieux. Moi, je suis rendu là. Quarante ans de folklore, pour un freak comme moi, c’est ça que ça donne. Je suis rendu à 59 ans et j’ai encore le goût de brasser la cage. La tradition, des fois, c’est réactionnaire, et dans mon milieu, il y a beaucoup plus de puristes que de pétés comme moi. Bien humblement, je suis conscient de l’importance de la tradition, mais aussi de la modernité. »

Un projet de tournée pour ce projet est en chantier. On pourrait se produire en grande formation dans les festivals et en groupe plus réduit dans les salles. Pendant ce temps, le Yves Lambert Trio fera paraître au Québec un nouveau disque en 2016. Suite très bientôt.


Yves Lambert avec Socalled - La zigue

Lambert dans ses bottines avec Socalled

Yves Lambert, Musicor