Musiques traditionnelles dans un décor champêtre

L’Écossais Tony McManus est souvent célébré comme le plus grand guitariste actuel du monde celtique.
Photo: Sheri Visakaly L’Écossais Tony McManus est souvent célébré comme le plus grand guitariste actuel du monde celtique.

Ils arrivent d’Écosse, d’Irlande, de Bretagne, des Maritimes et du Québec. Ils animeront jusqu’au 11 octobre de charmants petits lieux dans les décors champêtres de Knowlton-Lac-Brome, Waterloo et Bromont dans les Cantons-de-l’Est. Ils sont invités par le Festival international Harmonies celtiques, qui est organisé tous les deux ans et dont l’objectif est de célébrer les liens historiques qui lient la musique traditionnelle du Québec et du Canada à celle des pays celtiques. La programmation est riche avec les Tony McManus, Richard Wood, Manigance, Pascal Gemme, Andrea Beaton, Blackie O’Connell, le légendaire Michael Tubridy et plusieurs autres.

Cette année, la programmation internationale mise sur des artistes qui s’amènent le plus souvent en solo ou en duo. La programmatrice April O’Donoughue raconte : « Dans le passé, je choisissais les musiciens à la mitaine et je créais beaucoup de mélanges entre eux. Ça prend des artistes versatiles qui ne se contentent pas de faire leur show. Nous, on célèbre les connexions, même si on en fait un peu moins cette année. Pour des raisons économiques, nous avons invité des musiciens qui sont en tournée. »

Et les lieux de diffusion ? « On a choisi des salles historiques, répond la programmatrice. Elles ont toutes au moins 150 ans, elles ont toutes été rénovées, elles ont toutes un style cabaret et elles ont toutes une très belle scène, parce qu’en musique celtique, il faut voir les pieds. La Maison de la culture de Waterloo était une salle des francs-maçons, elle ressemble à une église. »

 

Monde celtique

La présente édition du festival est marquée par le retour de l’Écossais Tony McManus, souvent célébré comme le plus grand guitariste actuel du monde celtique. Membre du comité de programmation artistique du festival, il a choisi de se produire avec le violoneux Patrick Ourceau et le flûtiste Michael Tubridy. « Ourceau est français, mais son style est du pur irlandais, explique April O’Donoughue. Quant à Michael Tubridy, il a cofondé les célèbres Chieftains avec Paddy Moloney et le regretté Seán Potts. Il est demeuré avec eux jusqu’en 1979, puis il a mis l’accent sur sa carrière d’ingénieur. Des rumeurs lui attribuent la construction de l’aéroport de Dublin. Mais, c’est un gars très humble. »

Michael « Blackie » O’Connell et Cyril O’Donoghue viennent également d’Irlande. Ils feront d’abord la paire, avant de participer la soirée suivante à une rencontre musicale avec Pascal Gemme et Nicholas Williams de Genticorum. O’Connell excelle sur la grande cornemuse Uilleann, alors que son complice joue le bouzouki et chante.

Les créateurs des Maritimes brilleront en début de festival. Ainsi, la violoneuse Andrea Beaton, de célèbre famille, partagera la scène avec Troy MacGillivray et Richard Wood, un fougueux violoneux : « Il est vraiment bon dans les fioritures et il a de l’énergie à revendre. Et il est lui aussi très humble », commente la responsable du festival.

Dans les prochaines semaines, un duo breton sillonnera les routes du Québec : Nicolas Quemener et Gaël Lefévère. « Gaël est un jeune sonneur de bombarde devenu incontournable en Bretagne, alors que Quemener est un des meilleurs guitaristes traditionnels là-bas. Il est un peu plus vieux et il chante », rajoute April.

Et le Québec là-dedans ? D’abord Manigance, un groupe majeur qui a repris du service et dont la première partie sera assurée par Faine. Puis, le flûtiste Dave Gossage avec le Celtic Mindwarp et Les Siffleurs de nuit, qui mélangent trad québécois et breton, en plus d’une quantité de danseurs, gigueurs ou podorythmistes comme Benoit Bourque, Patrick Graham, Sandy Silva et d’autres qui seront regroupés pour le concert Tambours et pieds : au rythme du coeur celtique en clôture.

3e Festival international Harmonies celtiques

À Knowlton–Lac-Brome, Waterloo et Bromont, jusqu’au 11 octobre. Renseignements : 450 292-3456, poste 228.