Racines, Tiken Jah Fakoly

« Le reggae reviendra à l’Afrique », avait prophétisé Bob, et ce disque est un autre pas en ce sens, alors que Tiken Jah reprend à sa façon et avec plusieurs instruments mandingues des classiques du reggae de son enfance : un chant de révolte comme Get Up, Stand Up avec U-Roy ; une ballade avec Ken Boothe et un coup de soukou bluesy ; une voie d’espoir comme Zimbabwe, des rappels de l’histoire comme Slavery Days, de même que d’autres immortelles des Max Romeo, Burning Spear, Peter Tosh, et même Buju Banton ou les Clash. D’abord enregistré au mythique studio Tuff Gong avec Sly Robbie et quelques autres légendes jamaïcaines aux commandes, le disque laisse aussi beaucoup de place aux instruments africains comme le balafon, la kora et le ngoni, ce qui confère une saveur métisse exquise. Là où on aurait pu voir un projet complaisant, on découvre une réinterprétation singulière. Et oui, Tiken Jah chante aussi Brigadier Sabari d’Alpha Blondy.

Racines

Reggae

Tiken Jah Fakoly, Barclay/Universal