Une fenêtre vers la liberté

Le leader de l’ensemble Dastan, Hamid Motebassem
Photo: Babak Youseri Le leader de l’ensemble Dastan, Hamid Motebassem

Ce vendredi à la salle Oscar-Peterson, l’ensemble Dastan revient à Montréal, avec Mahdieh Mohammad Khani, une jeune chanteuse iranienne à la voix cristalline qui obtient depuis quelques années une reconnaissance pour ses interprétations de la musique savante traditionnelle et contemporaine. Le programme comprend deux parties : une composition de Hossein Behroozinia, puis la pièce Daricheh, une création d’Hamid Motebassem, le fondateur de l’ensemble Dastan, à partir de la poésie de Forough Farrokhzad.

« Elle fut une femme de liberté, une femme ouverte au monde, et Daricheh signifie “la fenêtre”, “l’ouverture”. C’est une oeuvre qui va vers la liberté et on a choisi des poèmes qui vont de l’obscurité vers la lumière. En faisant cela, on veut montrer le symbole de la liberté de la femme iranienne », explique Hamid Motebassem en entrevue. Reza Motebassem, qui fait office de traducteur pendant l’entrevue, ajoute un complément d’information sur la poète : « Elle est née en 1935 et elle a disparu dans un accident d’auto en 1967-1968 à l’âge de trente-trois ans. Elle a commencé à écrire des poèmes vers l’âge de 15 ans, elle a bouleversé la poésie contemporaine persane et elle est très aimée par la jeunesse iranienne. De son vivant, elle n’a pas eu beaucoup de problèmes de censure, puisque ses poèmes étaient très symboliques. »

Visiblement, cela se transmet dans un de ses poèmes, fourni par les organisateurs du spectacle : « Je parle du fond de l’obscurité. / Et je parle du fond de la nuit. / Si tu viens chez moi mon amour / Apporte-moi la lumière et une lucarne / Pour que je regarde la foule / De la ruelle heureuse. »

Que dire de la participation de Mahdieh Mohammad Khani au concert ? « Qu’une jeune artiste iranienne d’aujourd’hui interprète ses poèmes devient également un geste très symbolique, étant donné les difficultés de liberté pour les femmes dans ce pays », explique Hamid Motebassem. Elle travaille avec l’ensemble Dastan depuis un an et demi et c’est elle qui a proposé la collaboration. Ensemble, ils ont choisi les poèmes de Forough Farrokhzad.

De son côté, l’ensemble Dastan a multiplié les collaborations avec les plus grandes voix d’Iran et a porté les mots de plusieurs de ses principaux poètes. Sa musique révèle un art complexe empreint de délicatesse, de raffinement et d’ornementations subtiles, de même que de rythmiques parfois très emportées : une expression qui s’appuie sur le radif, qui est à la musique persane ce que le raga est à l’Inde ou le maqam, au monde arabe. À la salle Oscar-Peterson, la formation révélera une fois de plus le leader Hamid Motebassem, également reconnu comme l’un des plus grands maîtres des luths tar et setar, à ne pas confondre avec le sitar indien. Les autres musiciens sont aussi parmi les plus réputés dans leur créneau : Saeed Farajpouriou à la vièle kamânche, Hossein Behroozinia au barbat, une autre forme très ancienne de luth, et Pejman Hadadi aux percussions.

Au fil des ans, l’ensemble a offert une musique souvent plus percussive que celle des autres formations de musique savante persane. Comment cela a-t-il évolué ? « Le grand changement est que notre musique est devenue plus polyphonique qu’auparavant, répond Hamid Motebassem. Elle est plus écrite et moins improvisée, multicolore et plus vivante. L’utilisation des percussions est un peu plus limitée et nous ne travaillons qu’avec un seul percussionniste. »

En terminant l’entrevue, le maître de musique partage des notes personnelles qu’il a écrites la veille : « Ne regarde ni devant ni en arrière, mais regarde dans ton intérieur pour voir ce qui existe en toi. Et quand tu joues la musique, parle surtout de toi-même et de ce que tu as dans ton intérieur et non de moi. Laisse-moi découvrir les beautés de ton intérieur. » Avec la pièce Daricheh, les beautés sont celles de la liberté.

L’ensemble Dastan et Mahdieh Mohammad Khani

À la salle Oscar-Peterson, vendredi 18 septembre à 20 h. Renseignements : 514 678-4030, 514 223-3336.