The Origin, Peter Henry Phillips

The Origin est le projet d’un seul homme, mais d’un homme bien entouré, musicalement parlant. Il a fallu cinq ans au multi-instrumentiste québécois Pierre-Philippe Côté pour fabriquer ce premier album solo à l’environnement sonore étudié, très intime, à la fois sensible et cérébral. Tout au contraire de son EP acoustique paru l’an dernier, ces 12 pièces sont touffues, marécageuses, pleines de fossés — on passe de l’opaque au limpide, du doux au criard. Dans l’instrumentation massive (synthétiseurs, batterie, guitares, pedal steel…) perce la voix claire de Phillips, aérienne, et la douceur des cordes, brèves bouffées à la surface. Appelons cela une étude « humaniste », une observation du monde : il y a Henry l’interstellaire, Dreamcatcher la tribale, Be the Light la chaloupée. Dans cet ensemble puissant, on regrette néanmoins les mélodies dégagées de Phillips, plus fines, plus vibrantes. À voir ce vendredi au FME, à Rouyn-Noranda, et au lancement, le 11 septembre, au Centre Phi.

The Origin

Pop alternative

Peter Henry Phillips, Coyote Records

À voir en vidéo