Angèle Dubeau convie les Québécois à la «fête de toutes les musiques»

Angèle Dubeau (à droite) en prestation avec Ariane Moffatt, en 2014
Photo: André Chevrier / Fête de la musique du Mont-Tremblant Angèle Dubeau (à droite) en prestation avec Ariane Moffatt, en 2014

Michel Rivard, Oliver Jones et Jorane font partie des nombreux artistes qui participeront à la 17e édition de la Fête de la musique du Mont-Tremblant du 4 au 7 septembre, qui sera, selon la directrice artistique, la musicienne Angèle Dubeau, une grande célébration de « tous les styles de musique ».

C’est sous le signe de la continuité qu’a été organisé l’événement cette année, selon Dubeau, puisqu’il s’agit d’une « formule gagnante », a-t-elle souligné mardi matin en entrevue téléphonique avec La Presse canadienne. Évidemment, les artistes et le répertoire seront différents cette année, mais la célèbre violoniste a préféré « ne pas toucher à la structure » qui prévaut depuis les débuts de la fête, il y a 20 ans.

Ainsi, les artistes de musiques du monde, celtique, jazz et classique seront en vedette pendant les trois jours de la fête, où « Jean-Sébastien Bach et Dave Brubeck se côtoieront », a relevé Dubeau.

C’est donc une fête qui s’adresse « aux petits et aux grands, aux mélomanes et aux curieux de passage », selon elle. L’événement est « accessible dans tous les sens », a-t-elle remarqué, puisque tous les spectacles sont entièrement gratuits.

Entre autres, Jean Marchand — aussi connu dans son rôle de M. Musique dans la série Unité 9 — offrira un récital de piano, la chanteuse Jorane interprétera en exclusivité des pièces de son nouvel album qui sortira en 2016 et Michel Rivard livrera une prestation de ses plus grands succès. L’événement sera couronné d’un spectacle d’Angèle Dubeau, qui sera accompagnée de son orchestre La Pietà, de Michel Rivard, et du pianiste Oliver Jones.

Duo avec Oliver Jones

 

Dubeau a confié que Jones lui avait écrit une pièce, The Angel and Mr Jones, qu’ils joueront ensemble. Avec Michel Rivard, ils interpréteront son célèbre classique, Je voudrais voir la mer, et Eleanor Rigby, des Beatles, qui avait été composée, a-t-elle rappelé « pour quatuor à cordes et chant ».

Les spectateurs auront donc droit à du contenu original et inédit — un aspect important de la fête pour la directrice artistique. « Avec Jorane, j’ai pas juste dit  “bon, on invite Jorane avec telle formation”. J’ai parlé à Jorane et là, ensemble, on a regardé toutes les avenues […] J’essaie d’aller chercher des programmes que les artistes ne vont pas faire 15 jours avant ailleurs », a-t-elle indiqué.

La virtuose, qui commence une tournée aux États-Unis au mois d’octobre, prend toujours plaisir à organiser l’événement qu’elle a elle-même créé, et ce, même si elle est déjà bien occupée. « Quand on aime ce qu’on fait on ne calcule pas les heures. Mais c’est sûr que oui, c’est un investissement, oui, c’est du temps, mais en même temps, c’est une grande fierté de voir un festival qui survit autant d’années », a-t-elle affirmé.

Mais c’est d’abord et avant tout pour le public qu’elle poursuit cette aventure. « Dans le fond, comme musicienne, et même quand je mets le chapeau de la directrice artistique, ma raison d’être, c’est le public. Quand je vois que le public est heureux, bien moi ça me rend tout à fait heureuse et je suis comblée. Et c’est là qu’on ne calcule plus les heures », a-t-elle ajouté.

À voir en vidéo